Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Avec Daniele Fachinetti, le centromère n’a qu’à bien se tenir

Alors que le pôle de Biologie cellulaire fête ses 20 ans, l’heure est au renouveau avec l’arrivée d’une nouvelle équipe de recherche dirigée par un chercheur italien, Daniele Fachinetti. Il vient apporter ses compétences et ses connaissances sur le centromère, une région du chromosome au rôle essentiel pendant la division cellulaire. 

Avec Daniele Fachinetti, le centromère n’a qu’à bien se tenir

En venant à l’Institut Curie, Daniele Fachinetti rejoint l’un des plus grands centres européens dédiés à l’étude de la cellule. Une opportunité pour ce jeune chercheur qui se consacre à l’étude de ce que certains considèrent comme le cœur des chromosomes, le centromère. Ce point d’ancrage sert au guidage des chromosomes pendant la division cellulaire. Or, cette étape clé de la vie d’une cellule peut être lourde de conséquences si elle ne se déroule pas correctement. Après avoir été dupliqués et scindés en deux lots pour chacune des cellules filles, les chromosomes et donc le centromère doivent se réorganiser à l’identique et reprendre leur configuration pour assurer le bon déroulement de la prochaine division des chromosomes. La moindre erreur dans ce ballet peut entraîner l’apparition d’une cellule défectueuse, voire tumorale.

"Mon équipe se focalisera donc sur la compréhension des mécanismes moléculaires qui contrôlent la formation des centrosomes, la répartition correcte des chromosomes lors de la division et les liens avec la stabilité du génome et l’apparition de pathologies comme le cancer", explique Daniele Fachinetti.

Pendant ses cinq ans de post-doctorat chez Don Cleveland au Ludwig Institute for Cancer Research de l’Université de Californie à San Diego (USA), Daniele Fachinetti s’est plus que familiarisé avec cette région du chromosome. Il a étudié les marques épigénétiques des centromères. Cette région des chromosomes présente en effet une organisation caractéristique autour de protéines spécifiques. C’est un variant de l’histone H3, CENP-A qui marque spécifiquement le centromère. Et tout cela doit rentrer dans l’ordre à l’issue de la division cellulaire.

"Les recherches de Daniele Fachinetti vont apporter un éclairage nouveau à des mécanismes déjà au cœur des préoccupations de plusieurs équipes de mon laboratoire", observe Bruno Goud, directeur de recherche CNRS, directeur du laboratoire Compartimentation et dynamique cellulaires (CNRS/Institut Curie). Pour preuve, Daniele Fachinetti envisage déjà des collaborations avec l’équipe Biologie du centrosome et cilia de Renata Basto. Pas très surprenant puisque le centrosome qu’elle étudie est le centre organisateur des microtubules dans les cellules, ce réseau de filaments sur lesquels se déplacent les chromosomes pour se séparer lors de la division cellulaire. Quant aux équipes de Philippe Chavrier et de Marina Glukhova, spécialisées dans la biologie des cancers du sein, le rapprochement pourrait se faire autour de l’histone chère à ce jeune chercheur, CENP-A, qui est surexprimé dans certains types de cancer du sein. Il ne reste plus qu’à souhaiter la bienvenue à cette nouvelle équipe qui semble avoir déjà trouvé sa place dans l’institut. 

 

Texte: Céline Giustranti

Crédit photo: DR

Mathilde Regnault
19/10/2015