Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancer du sein : l’intérêt du trastuzumab une nouvelle fois démontré

Arrivé sur le marché dans le années 2000, le trastuzumab (Herceptin* en France) a complètement révolutionné la prise en charge des patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif. Une étude menée par l’équipe du Dr Fabien Reyal le confirme et précise certains facteurs pronostiques et prédictifs.

Cancer du sein : l’intérêt du trastuzumab une nouvelle fois démontré

Le trastuzumab est une thérapie ciblée qui bloque les récepteurs à HER2 sur les cellules cancéreuses, inhibant ainsi leur croissance et leur multiplication. Ce traitement a permis, ces dix dernières années, d’améliorer nettement l’espérance de vie des patientes atteintes d’un cancer du sein "HER2-positif".

Afin de préciser ces résultats, l’équipe du Dr Reyal a étudié les dossiers de 287 patientes, traitées par chimiothérapie avant la chirurgie d’un cancer du sein à l’Institut Curie entre 2002 et 2012. Toutes étaient atteintes d’un carcinome HER2-positif invasif, non-métastatique. A partir du milieu des années 2000, les patientes ont reçu du trastuzumab uniquement après la chirurgie, puis avant et après la chirurgie (schéma actuellement recommandé).

Les conclusions sont claires : les patientes ayant reçu du trastuzumab avant leur chirurgie ont des taux de réponse complète au traitement (RCT) nettement supérieurs à celles n’en ayant pas reçu. Les taux de survie sans rechute et les taux de survie globale sont également très nettement supérieurs chez les patientes ayant reçu du trastuzumab (après +/- avant chirugie).

L’étude met également en lumière deux facteurs pronostiques d’une réponse complète au traitement : plus la patiente est âgée, plus ses chances de RCT augmentent. Par ailleurs, moins le cancer est hormono-dépendant, meilleur est le taux de RCT. Cette RCT semble liée à une meilleure survie sans rechute uniquement chez les patientes dont le cancer n’est pas hormono-dépendant (HR-). Enfin, la réponse complète au traitement et le stade initial de la tumeur constituent des facteurs  associés à la durée de la survie dans rechute.

Cette étude confirme en situation réelle (en dehors d’un essai thérapeutique) l’apport majeur du trastuzumab dans la prise en charge des patientes atteintes de cancer du sein HER2-positif, et l’association entre la réponse complète et la survie sans rechute chez les patientes HER2+ / HR- (cancer non hormono-dépendant). Elle fournit une nouvelle vision, qui pourrait améliorer la prédiction pronostique, expliquent les auteurs.

 

En savoir plus

‘Pathological complete response and prognosis after neoadjuvant chemotherapy for HER2-positive breast cancers before and after trastuzumab era: results from a real-life cohort’, Hamy-Petit, A-S., Belin, L., Bonsang-Kitzis, H., Paquet, C., Pierga, J-Y., Lerebours, F., Cottu, P., Rouzier, R., Savignoni, A., Lae, M., Reyal, F., British Journal of Cancer, November 2015.

 

Crédit photo : Pedro Lombardi / Institut Curie

Mathilde Regnault
07/01/2016