Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Les espoirs des médecins-chercheurs de l’Institut Curie : épisode 3

Pour 70 % des Français, la santé est la clé du bonheur, avant l’amour et l’argent selon une enquête Ifop. Qu’en disent les chercheurs et médecins de l’Institut Curie ? La parole au Dr Laurence Desjardins, chirurgienne ophtalmologiste, spécialiste des tumeurs de l’œil de l’enfant et de l’adulte.

Les espoirs des médecins-chercheurs de l’Institut Curie : épisode 3

Selon un sondage récent, "pour la majorité des Français, la santé est la clé du bonheur". Et pour vous, en tant que chercheur, quelle est la clé du bonheur ?

Laurence Desjardins : Parvenir à offrir aux patients les meilleurs soins possibles avec des délais de rendez-vous courts, des traitements adaptés et tenant compte des dernières innovations et un soutien psychologique continu pendant toute la durée du traitement. Ceci n’est possible qu’avec une équipe multidisciplinaire dédiée et un personnel paramédical très performant.

Ce qui me rend heureuse aussi, c’est de voir en consultation des patients traités pour mélanome uvéal qui ont dix ans de recul et qui vont bien ou des jeunes traités dans l’enfance pour un rétinoblastome bilatéral qui ont leurs deux yeux et une bonne vision.

Selon vous, quelles sont les attentes des citoyens / des patients vis-à-vis de la recherche médicale ? Pensez-vous qu’ils aient conscience des avancées et des difficultés ?

L.D. : Les patients souhaitent avant tout guérir de leur cancer avec le moins de séquelles possibles. Ils font confiance aux médecins de l’Institut Curie pour bénéficier des techniques de chirurgie et de radiothérapie les plus pointues mais aussi des médicaments les plus innovants et les plus efficaces. Ils ont aussi des attentes fortes sur les délais d’attente et l’organisation du parcours de soins.

En quoi le modèle Curie associent chercheurs et médecins peut-il répondre à ces attentes ?

L.D. : Le modèle Curie permet de mettre à la recherche d’être directement au contact des médecins et des malades. Ce modèle est très utile pour faire progresser la connaissance des maladies et la découverte de nouvelles molécules.

Quel est VOTRE grand espoir de recherche dans votre domaine, pour demain ?

L.D. : Ils ont multiples.

- Améliorer le diagnostic précoce des tumeurs oculaires

- Trouver des nouveaux traitements non mutagènes pour le rétinoblastome et des molécules efficaces pour le mélanome uvéal métastatique

- Trouver un traitement adjuvant pour les mélanomes uvéaux pour prévenir les métastases hépatiques

- Pour les mélanomes uvéaux trouver le moyen de réduire les tumeurs de taille importante avant irradiation afin d’augmenter les indications de traitements conservateurs.

 

En savoir plus

Laurence Desjardins est chirurgienne ophtalmologiste, directrice déléguée du site Paris de l’Ensemble Hospitalier de l’Institut Curie et spécialiste des tumeurs de l’œil pour lesquelles l’Institut Curie a une expertise mondialement reconnu.

L’Institut Curie est déjà le centre national de recours pour le traitement des tumeurs oculaires de l’adulte, et centre national de référence pour le rétinoblastome (cancer de l’enfant). En ce qui concerne le mélanome de l’uvée, l’Institut Curie est en train de former les ophtalmologistes de huit établissements partenaires afin de constituer un réseau national, Mélachonat, labélisé par l’INCa. Il coordonne par ailleurs un programme cadre H2020 de l'Union européenne pour la recherche et l'innovation sur le mélanome uvéal, UM Cure 2020.

En ce qui concerne le rétinoblastome, l’Institut Curie est centre de référence national pour ce cancer. Il fait partie des rares centres au monde qui disposent de tout l’arsenal thérapeutique pour traiter ces très jeunes patients.

 

Mélanome de l’uvée : un projet européen pour le traitement des formes métastatiques 

Mélanomes de l’œil : le réseau national mis en place par l’Institut Curie associe 8 structures partenaires

Retour sur 15 ans de prise en charge du rétinoblastome à l’Institut Curie

Lire aussi Le Journal de l’Institut Curie n°108

 

Crédit photo : Uriel Chantraine / Institut Curie

Mathilde Regnault
02/03/2017