Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Geneviève Almouzni, Grand Prix de la FRM

Docteur Geneviève Almouzni, directeur du Centre de Recherche de l’Institut Curie, vient de recevoir le Grand Prix de la Fondation pour la recherche médicale. Cette distinction lui a été remise lors d’une cérémonie au Collège de France, lundi 24 novembre. Elle met en avant sa contribution exceptionnelle à la connaissance médicale à travers la compréhension de l’organisation du génome. Retour sur le parcours scientifique de Geneviève Almouzni.

Geneviève Almouzni, Grand Prix de la FRM

Depuis son arrivée à la tête du Centre de Recherche en septembre 2013, Geneviève Almouzni, directeur de recherche CNRS, reste engagée dans la science pour la promouvoir, la partager et l’enrichir avec l’ensemble des chercheurs. Les recherches au sein de son équipe, qui nourrissent sa vision scientifique, l’ancrent également dans le quotidien des chercheurs. Son équipe étudie la manière dont l’ADN, support de l’information génétique, est organisé dans le noyau des cellules.

Et si certains s’interrogent sur comment elle arrive à concilier activités de recherche et pilotage du centre de recherche, la réponse peut se résumer comme suit : une organisation sans faille, la capacité à bien s’entourer, à former et à déléguer. A cela s’ajoute un parcours qui fait la place à une dimension internationale – en tous points exemplaire – et lui permet aujourd’hui de porter tant de responsabilités et de conduire une recherche remarquablement fructueuse. Plus de 150 articles publiés dans des revues internationales, coordination d’un réseau Européen d’excellence EpiGeneSys (plus de 150 laboratoires), médaille d’argent du CNRS en 2000, membre de comités scientifiques internationaux, prix 2013 Femmes de science décerné par les deux prestigieuses organisations européennes, l’Organisation européenne de biologie moléculaire (EMBO) et la Fédération des sociétés européennes de biochimie, membre de l’Académie des Sciences...

Passion des sciences

C’est à l’Institut Jacques Monod, où elle effectue sa thèse, que la toute jeune normalienne, agrégée de génie biologique et de biochimie, fait ses premiers pas dans l’univers de la recherche avec Marcel Méchali. S’en suit un séjour aux Etats-Unis dans le laboratoire nouvellement créé d’Alan Wolffe au National Institute of Health (NIH) à Bethesda, à l’époque berceau des recherches sur l’organisation de l’ADN en chromatine. Cette thématique restera d’ailleurs au cœur de ses recherches lors de son retour en France en 1994, à l’Institut Curie, où elle va créer sa propre équipe de recherche, grâce au programme ATIP du CNRS. En 1999, elle prend la tête de l’unité de recherche Dynamique nucléaire et plasticité du génome et continue à contribuer avec ses collaborateurs à "défricher" un axe de recherche en pleine explosion, l’épigénétique. Son unité étudie en effet le maintien de l’information génétique et également épigénétique au cœur des cellules. "Si l’information génétique est essentiellement la même dans chacune de nos cellules, seule une partie de cette information est lue dans chaque type cellulaire", explique Geneviève Almouzni. Autrement dit, le livre est le même, mais chaque lignage cellulaire lit un chapitre particulier.

"L’épigénétique, c’est la capacité d’avoir cette mémoire : lire le même chapitre pour une cellule d’une identité spécifique, puis se reproduire à l’identique", poursuit Geneviève Almouzni. Il s’agit donc d’une sorte de "programme", transmissible, qui détermine quels gènes sont actifs et à quels moments. 

Les travaux de Geneviève Almouzni ont permis de comprendre des mécanismes fondamentaux de l’organisation spatiale et de la compaction de l’ADN dans le noyau. Ces mécanismes sont impliqués dans la manière dont les cellules sont capables de lire un chapitre de leur génome. Or, précise-t-elle "dans le cancer, très souvent, un problème rencontré est la perte de cette mémoire : les cellules ne savent plus qui elles sont et se mettent à proliférer de manière anarchique. En étant à l’Institut Curie, j’ai pu combiner recherche fondamentale et recherche appliquée dans le domaine de l’épigénétique, un axe prometteur en cancérogenèse".

Aujourd’hui, c’est une nouvelle aventure qui s’offre à elle à la tête du Centre de Recherche avec comme défi de s’assurer que cette structure continue à trouver sa place dans un environnement en perpétuelle évolution. Il s’agit d’une part de renforcer les ponts avec l’Ensemble hospitalier pour faire progresser la recherche translationnelle et d’autre part d’ancrer le Centre de Recherche dans l’interdisciplinarité et de promouvoir la créativité et les collaborations pour renforcer une recherche de pointe, originale, à l’échelle internationale. Grâce à son dynamisme, elle a déjà entamé de nombreuses réflexions avec ses collaborateurs pour relever ce nouveau défi. 

En savoir plus

Geneviève Almouzni : "La recherche, un monde en perpétuel mouvement"

 

Texte : Céline Giustranti

Crédit photo : Alexandre Lescure / Institut Curie

Mathilde Regnault
25/11/2014