Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Une interne de l’Institut Curie invitée du grand congrès sur les cancers du sein

Du 8 au 12 décembre, tous les spécialistes mondiaux des cancers du sein se sont retrouvés à San Antonio, au Texas. Parmi eux, des médecins de l’Institut Curie bien sûr, mais aussi Aurélie Comte, interne, qui avait reçu un prix pour venir y présenter ses travaux d’internat. 

Une interne de l’Institut Curie invitée du grand congrès sur les cancers du sein

L’enseignement fait partie des missions de l’Institut Curie. Ainsi, chaque année, l’Ensemble Hospitalier accueille des internes en médecine. Son premier semestre passé auprès des patients atteints de cancers en 2011 fut une révélation pour Aurélie Comte. "En arrivant à l’Institut Curie, je n’étais pas déterminée sur la spécialité que j’allais choisir ensuite, explique la jeune médecin. Ce stage, à travers l’encadrement clinique dont j’ai bénéficié mais aussi le fait que nous ne soyons pas seuls à nous occuper des patients, a très certainement influencé la suite de ma carrière. A l’Institut Curie, le mot multidisciplinaire prend en effet tout son sens : pendant ce semestre, j’ai en permanence collaboré avec les spécialistes des soins palliatifs, les infirmières, les psychologues et les autres médecins lors de la prise en charge les patients."

L’Institut Curie, émulateur de talents

Forte de cette première expérience concluante, Aurélie Comte revient à l’Institut Curie de novembre 2014 à mai 2015, à l’hôpital de jour de chimiothérapie sous la direction du Dr Paul Cottu. Elle souhaite retrouver cette ambiance stimulante, mais a aussi l’intention de se spécialiser dans la prise en charge des femmes atteintes de cancer du sein. Car cette fois-ci, Aurélie Comte est décidée, c’est la cancérologie qui l’intéresse : "L’Institut Curie m’offrait la possibilité de me former auprès de grands spécialistes de ce domaines." En plus du suivi des patients – le propre de l’activité des internes –, des cours sur les différentes spécialités dispensés chaque semaine et des séances de bibliographie,  elle se lance dans un travail de recherche pour sa thèse. C’est l’étude ESOPE qui va lui ouvrir les portes du plus grands congrès sur les cancers du sein, qui se déroule chaque année à San Antonio. Elle a en effet reçu le prix "Young Investigator Award" et ainsi pu se rendre du 8 au 12 décembre 2015 à ce congrès avec d’autres médecins de l’Institut Curie, eux aussi venus dévoiler leurs derniers résultats. Au total, 9 posters signés par des médecins de l’Institut Curie étaient présentés. Ils couvraient l’ensemble des problématiques associées à la prise en charge des cancers du sein : impact des chimiothérapies adjuvante et néoadjuvante, biomarqueurs, parcours de soin, cellules tumorales circulantes, plaies tumorales, désescalade thérapeutique, biologie (cf. liste des présentations).

Quant à l’étude d’Aurélie Comte et du Dr Paul Cottu, elle concerne l’analyse des caractéristiques biologiques des métastases. Son objectif est de proposer un traitement adapté aux modifications qui peuvent survenir dans la tumeur au cours de la rechute métastatique. Ce sujet est en parfaite adéquation avec la vie d’un interne qui "doit se mettre dans la position des personnes qui décident, décrit Aurélie Comte. Il m’a par ailleurs permis d’apprendre comment exploiter les résultats d’une étude de recherche". Si l’ensemble des résultats fera l’objet d’une publication, les premières données laissent entrevoir que l’intérêt d’une caractérisation biologique des métastases dépend du sous-type de cancers du sein. Grâce à la qualité de ces recherches, Aurélie Comte a pu se rendre à San Antonio, au Texas et y rencontrer les spécialistes mondiaux des cancers du sein. Une expérience qui a n’a fait que renforcer la jeune médecin dans ses choix : aider les patientes atteintes de cancer du sein  au sein d’une équipe pluridisciplinaire, en lien avec la recherche fondamentale.

 

En savoir plus

Consulter la liste des posters présentés par les médecins de l'Institut Curie lors du congrès de San Antonio

 

Texte: Céline Giustranti

Crédit photo : DR

Mathilde514
30/12/2015