Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

L’Institut Curie lance MC21, un ambitieux projet sur 5 ans

Le début du XXIe siècle marque un tournant pour le monde de la cancérologie. Nouveaux traitements, nouveaux modes de prise en charge… Pour s’adapter et devenir l’un des Comprehensive Cancer Centres majeurs sur la scène internationale, l’Institut Curie se réinvente et lance son projet 2015-2020 : MC21.

L’Institut Curie lance MC21, un ambitieux projet sur 5 ans

MC21, ou Marie Curie 21e siècle. Parce que ce nouveau modèle est directement inspiré de celui inventé par Marie Curie, en 1909 : faire cohabiter chercheurs et médecins, pour amener au plus vite de nouveaux traitements aux patients. Ce continuum recherche-soins, la marque de fabrique de l’Institut Curie, est au cœur des évolutions prévues jusqu’en 2020.

Un projet qui s’inscrit complètement dans le sens des dernières évolutions en cancérologie. "Ce secteur a connu des transformations considérables, note le Pr Thierry Philip, président de l’Institut Curie. Aujourd’hui, les temps de traitement au sein de l’hôpital sont de plus en plus courts : plus de la moitié des patients sont pris en charge en ambulatoire." Autre tendance : le nombre croissant d’outils de diagnostic. Ils fournissent une quantité considérable d’informations qu’il faut ensuite trier et utiliser à bon escient.

Dans ce contexte, l’Institut Curie, expert en cancérologie, se doit de participer à l’élaboration des protocoles de soins standards pour les cancers de bon pronostic, ces protocoles garantissent l’égalité d’accès aux soins pour les patients. Mais l’Institut Curie est aussi là pour porter l’innovation et trouver de nouveaux traitements, plus efficaces, pour les maladies complexes.

 

Le projet s’organise autour des trois sites de l’Institut Curie : Paris, Orsay et Saint-Cloud. "MC21 s’insère complètement dans son environnement, commente le Pr Philip. Nous développons nos partenariats avec les autres hôpitaux, tels que l’APHP ou l’Institut mutualiste Montsouris mais aussi avec les universités : Paris V, Paris XI, PSL, UVSQ, bientôt Paris Saclay… Il serait inconcevable de ne pas collaborer."

Un centre d’immunothérapie à Paris

Le pôle parisien se recentrera autour de la biologie systémique et du parcours patient, ce qui s’accompagnera de travaux de rénovation de grande ampleur : réfection totale du bloc opératoire, puis de l’hôpital de jour. "Notre architecture sera modulaire ; nous devons être capables de nous adapter aux évolutions futures."

Point d’orgue de ce projet parisien : la création d’un centre d’immunothérapie, qui regroupera chercheurs, médecins et patients au même endroit. Objectif : favoriser les collaborations pour faire émerger de nouveaux traitements (lire encadré ci-contre).

Essais précoces à Saint-Cloud et radiothérapie à Orsay

Le site de Saint-Cloud sera lui aussi entièrement repensé et se concentrera autour de la médecine de précision et des essais précoces, dont le Dr Christophe Le Tourneau a la responsabilité. "Aujourd’hui, plus de la moitié des patients guérissent de leur cancer. L’innovation thérapeutique vise désormais essentiellement à aider les 45% restants, pour lesquels il n’existe pas encore de traitement satisfaisant", explique le Dr Le Tourneau. Cette innovation est en réalité multiple : nanoparticules, nouvelles chimios… "Il y a plusieurs révolutions", se réjouit Christophe Le Tourneau. Ce qui fait dire au Pr Thierry Philip que "les traitements deviendront une combinaison de moyens, à l’image des trithérapies pour le sida".

Et puisque la collaboration chercheurs-médecins est ancrée dans l’ADN de l’Institut Curie, l’hôpital de Saint-Cloud accueillera également un pôle de recherche. Un grand centre de diagnostic de 3000 mètres carrés verra le jour d’ici 2020.

Quant à Orsay, où se trouvent le centre de protonthérapie et 200 chercheurs, le site se recentre sur la biologie des radiations, "emblématique de l’Institut Curie", insiste le Pr Philip. Un nouvel appareil innovant de tomothérapie sera bientôt installé et plusieurs programmes de recherche développés.

 

Au total, l’ensemble de cet ambitieux projet, entièrement financé par la fondation Institut Curie, coûtera plus de 150 millions d’euros, 90 millions financés sur les fonds propres de la fondation et 60 millions sous forme d’emprunt.  « Les deux dernières années ont été compliquées, nous avons dû faire des choix difficiles pour assainir la situation. Mais nous abordons désormais cette phase sereinement, avec les moyens de nos ambitions », conclut Thierry Philip.

En savoir plus

MC21 : un projet d’entreprise ambitieux pour l’Institut Curie – lire le communiqué de presse

Vers un monde sans cancer : retrouvez les priorités de l’Institut Curie pour la période 2015-2020

 

Crédit photo : Pedro Lombardi / Institut Curie

Mathilde Regnault
29/01/2016