Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Mars bleu : comment traiter les métastases de cancer colorectal ?

La chimiothérapie intra-artérielle est une modalité de traitement des tumeurs métastatiques du foie. Développée, il y a plus de 20 ans par 2 équipes, française et américaine, elle est aujourd'hui en plein essor mais elle reste surtout réservée au traitement des métastases hépatiques développées à partir d'un cancer colorectal. Explications par le Dr Wulfran Cachaux, oncologue digestif sur le site de Saint-Cloud de l’Institut Curie.

Mars bleu : comment traiter les métastases de cancer colorectal ?

Pourquoi cette voie est-elle utilisée pour diffuser le traitement ?

Wulfran Cacheux : Le foie normal (ou sain) reçoit son approvisionnement sanguin par une veine, dite veine porte, alors que les métastases hépatiques ont un approvisionnement sanguin par l’artère hépatique. L'administration par voie intra-artérielle hépatique permet donc d'administrer spécifiquement les traitements à la tumeur en préservant le foie sain. Ainsi, des concentrations 3 à 20 fois plus élevées par rapport à un traitement administré par voie standard (voie intraveineuse) peuvent être utilisées et les toxicités ou effets secondaires des traitements sont diminués.

A qui s’adresse ce traitement ?

Wulfran Cacheux : Pour pouvoir proposer ce traitement aux patients, il est nécessaire que les métastases soient localisées presque exclusivement au niveau du foie et que les autres organes (par exemple poumon, ganglions, os) ne soient pas, ou presque pas, atteints par ces métastases.

Comment ce traitement est-il administré ?

Wulfran Cacheux : La chimiothérapie intra-artérielle hépatique nécessite la mise en place d'un cathéter dans l’artère hépatique. Il peut être positionné par le chirurgien lors d'une intervention ou bien par le radiologue lors d'une artériographie. Ce cathéter est raccordé à un boitier (chambre implantable), positionné sous la peau à travers lequel on injecte les traitements.

L'administration par injection directe dans l'artère hépatique, via le cathéter, permet de délivrer la chimiothérapie de façon spécifique dans les métastases hépatiques.

Les patients peuvent être traités sur un mode ambulatoire en hôpital de jour, et donc rentrer à domicile le jour même. L'administration du traitement se répète à des fréquences identiques aux traitements administrés par perfusion intraveineuse.

Dans quel but ?

Wulfran Cacheux : : Chez des patients ayant une atteinte métastatique importante localisée au foie, la chimiothérapie intra-artérielle hépatique peut entraîner une diminution de la taille et/ou du nombre des métastases permettant un contrôle et une stabilité de l'évolution du cancer. Il est parfois possible de réaliser une chirurgie de ces métastases hépatiques, ce qui améliore le pronostic et la survie des patients.

En fonction des caractéristiques de la maladie tumorale et de l'envahissement métastatique du foie (nombre, taille et localisation des métastases), la chimiothérapie intra-artérielle peut être aussi utilisée en association avec la chimiothérapie standard, la radiothérapie ou l'ablation thermique des métastases par radiofréquence.

En savoir plus

Mars bleu : l’Institut Curie sur tous les fronts contre le cancer colorectal

Dossier sur les cancers digestifs

 

Crédit photo : Thibault Voisin/Institut Curie

Mathilde Regnault
15/03/2017