Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Mars bleu : l’Institut Curie sur tous les fronts contre le cancer colorectal

Avec 45 000 nouveaux cas chaque année, le cancer colorectal est au 3e rang des cancers en France. Prévention, dépistage précoce, traitements innovants et recherche de pointe sont les atouts indispensables pour le combattre. Dans cette lutte, les équipes de l’Institut Curie se sont associées à celles de l’Hôpital Ambroise-Paré, pour proposer une prise en charge globale aux patients.

Mars bleu : l’Institut Curie sur tous les fronts contre le cancer colorectal

Du dépistage aux traitements, la prise en charge des cancers colorectaux n’a cessé de progresser ces dernières années pour devenir de plus en plus personnalisée. Dépistage précoce des tumeurs de petite taille, classification plus fine des différents types moléculaires de cancers, radiothérapie ultra-précise épargnant les tissus sains, chirurgie moins invasive, carte d’identité des tumeurs et thérapies ciblées, détection de matériel tumoral circulant dans le sang (cellules ou ADN) pour prédire l’évolution de la tumeur ou la réponse aux traitements…  

"Grâce à la recherche et à de nombreuses innovations en chirurgie, radiothérapie, et chimiothérapie, la prise en charge a permis d’améliorer l’espérance de vie des patients. Aujourd’hui, nous espérons beaucoup des thérapies ciblées et de l’immunothérapie, et nous poursuivons la recherche de solutions thérapeutiques pour les cancers particulièrement agressifs", précise le Dr Wulfran Cacheux, oncologue digestif sur le site de Saint-Cloud de l’Institut Curie.

Cancers digestifs : une filière d’excellence à l’ouest parisien

Pour offrir aux patients un parcours de soins optimal et mutualiser les compétences, le site de Saint-Cloud de l’Institut Curie a noué à l’été 2015 un partenariat avec l’hôpital Ambroise-Paré (AP-HP) de Boulogne. "Ce partenariat est basé sur un partage de compétences et une complémentarité efficace, gages d’une meilleure prise en charge pour les patients", se réjouissent le Dr Wulfran Cacheux, oncologue digestif à l’Institut Curie et le Pr Frédérique Peschaud, chirurgien digestive à l'hôpital Ambroise Paré, APHP.

"Les acteurs de cette coopération, qui exercent pour certains sur les deux sites, se connaissent et s’apprécient ce qui est le garant d’une unité d’esprit et d’une communication fluide. Ces liens assurent notre cohésion et la cohérence des décisions prises lors des réunions communes de concertations pluridisciplinaires", précise le Pr Dominique Lamarque, chef du service de gastroentérologie de l’Hôpital Ambroise-Paré, AP-HP.

En 2016, dans le cadre de ce partenariat,

- 350 nouveaux patients ont été pris en charge

- 2 500 consultations pratiquées

- 300 patients opérés

En chirurgie, les techniques les plus innovantes sont proposées par l’Hôpital Ambroise-Paré, en chirurgie colorectale, œsophagienne, gastrique, hépatique et pancréatique. La chirurgie mini-invasive des cancers superficiels du rectum et les traitements complexes des métastases hépatiques font partie des techniques utilisées. 

En radiothérapie, l’Institut Curie dispose de toutes les techniques de pointe : radiothérapie en modulation d’intensité, radiothérapie stéréotaxique, tomothérapie.

En oncologie médicale, la RCP moléculaire permet de proposer aux patients une vingtaine de thérapies ciblées et le développement de la recherche clinique offre l’accès à des essais cliniques précoces, notamment en immunothérapie.

Par ailleurs, plusieurs programmes de recherche translationnelle et fondamentale sont en cours de développement à l’Institut Curie dans les cancers du rectum (étude des facteurs prédictifs de la réponse aux traitements néo-adjuvants et étude du micro-environnement tumoral), dans les cancers du canal anal (caractérisation moléculaire, étude des facteurs prédictifs de la réponse aux traitements et identification de nouvelles cibles thérapeutiques) et dans les cancers du côlon (caractérisation moléculaire et étude du métabolisme des microtubules).

Texte : Céline Giustranti

Crédit photo : Uriel Chantraine/Institut Curie

Mathilde Regnault
27/02/2017