Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Le plus grand congrès de biologie cellulaire vu par une post-doc de l’Institut Curie

Cette année, la devise du congrès annuel de l’American Society of Cell Biology (ASCB), qui s’est déroulé du 12 au 16 décembre 2015 à San Diego (Etats-Unis), était « anticipez le futur de la biologie cellulaire et soyez-en l’avenir ». Une définition en parfaite adéquation avec le compte-rendu que dresse la jeune chercheuse Carina Santos de son premier – mais sûrement pas dernier – congrès de l’ASCB. 

Le plus grand congrès de biologie cellulaire vu par une post-doc de l’Institut Curie

Carina Santos vient juste d’achever son post-doctorat de 4 ans dans l’équipe Mécanismes moléculaires du transport intracellulaire (PSL/CNRS/Institut Curie) de Bruno Goud. Avec d’autres jeunes chercheurs de l’Institut Curie, elle s’est rendue au congrès annuel de l’ASCB. L’opportunité pour eux de se "frotter" aux grands de la biologie cellulaire, de présenter leurs travaux, et de discuter des dernières découvertes de la biologie cellulaire.

 

Pourquoi est-ce important pour une jeune biologiste d’aller à ce grand congrès ?

Pour moi, il y a plusieurs caractéristiques qui font de ce rendez-vous un moment unique et incontournable dans la carrière d’un jeune chercheur. Premièrement, ce congrès offre la possibilité d’échanger avec des biologistes reconnus sur le plan international et de découvrir les dernières innovations dans ce domaine. Deuxièmement, la diversité et la rapidité des développements technologiques font qu’il est quasiment impossible d’être au courant de toutes les avancées. En réunissant les concepteurs de ses technologies mais aussi les compagnies qui les commercialisent, l’ASCB en donne une image globale.

Enfin, ce congrès ne se résume pas uniquement à des discussions sur les aspects les plus fondamentaux de la biologie. Il s’ouvre à des autres sujets bien souvent oubliés comme la quasi-absence des femmes et des minorités au postes scientifiques importants, le besoin de nouvelles règles au niveau du management et des publications scientifiques ou encore la nécessité d’accroître l’implication du public dans les enjeux scientifiques.

L’ASCB, où j’ai pu me rendre grâce à un soutien financier de la Société de Biologie Cellulaire de France (SBCF) et de mon responsable, Bruno Goud, a été sans conteste une expérience enrichissante.

 

Quelles ont été les annonces marquantes du meeting ?

Les moments forts de l’ASCB étaient surtout pour les lève-tôt car les annonces les plus étonnantes ont plutôt eu lieu lors des conférences se déroulant entre 8h et 9h. Grâce au décalage horaire, j’ai ainsi pu découvrir comment les biologistes franchissent les limites de la résolution, avec les derniers nés des microscopes qui ouvrent la voie à la 3D, mais aussi à la 4D, les techniques d’ingénierie génétique ou encore le recours à la biologie pour améliorer la matière inerte.

Autre point fort du congrès, les microsymposiums : ces petites conférences de 5 min autour de l’heure du déjeuner engendrent de nombreux échanges entre les jeunes chercheurs, voire de futures collaborations.

 

Les réactions d’autres jeunes chercheurs de l’Institut Curie présents à l’ASCB

"Ce congrès nous permet d’échanger sur nos connaissances et nos savoir-faire avec des scientifiques venant du monde entier, mais aussi de rencontrer des personnes qui se posent les mêmes questions. Il représente une occasion unique d’apprendre à mieux présenter et communiquer sur nos travaux." Joanna Kowal, doctorante dans le laboratoire Immunité et cancer.

 

Il est primordial pour un doctorant de développer son réseau, de rencontrer des spécialistes du même domaine, d’autant plus s’ils sont reconnus internationalement. Comme mon doctorat touche à sa fin, ce congrès m’a permis d’échanger avec des biologistes et de les interroger sur leur expérience de la recherche notamment aux Etats-Unis, qui est assez différente de ce qui se passe en Europe." Davide Gambarotto, doctorante dans le laboratoire Biologie du centrosome et cilium.

"C’est un congrès majeur, où nous pouvons découvrir des pans d’une science qui n’est pas forcément celle que nous pratiquons au quotidien. Explorer, développer son réseau, comprendre les dernières avancées... Beaucoup de choses enthousiasmantes à découvrir." Maddalena Nano doctorante dans le laboratoire Biologie du centrosome et cilium.

La cellule enseignement à l’ASCB

Pour la première fois, la cellule enseignement tenait un stand lors du congrès pour proposer des postes de post-docs et présenter son nouveau programme doctoral international IC-3i. "Beaucoup de visiteurs étaient intéressés par nos propositions. Nul doute qu’ils vont bientôt postuler si ce n’est pas déjà fait, note Jacqueline Legras de la cellule enseignement, qui était sur place avec Jennifer Henry-Lemoine. Nous avons bénéficié de l’aide de jeunes chercheurs des laboratoires Immunité et cancer et Compartimentation et dynamique cellulaires qui ont pu décrire de la manière la plus attractive possible leur vie à Curie : leur expérience dans un univers à la pointe de la recherche scientifique, entouré de scientifiques de plus de 70 nationalités différentes, la diversité des plateformes technologiques à leur disposition et les cours que propose l’institut aux jeunes chercheurs."

 

Texte : Céline Giustranti

Crédit photo : DR

30/12/2015