Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Pour une radiothérapie encore plus personnalisée

Le site d’Orsay de l’Institut Curie se concentre sur le legs le plus précieux reçu de Marie Curie : la radiothérapie et ses développements futurs. Pour accélérer le développement de nouvelles stratégies de radiothérapie ciblée, les trois laboratoires du Centre de Recherche d’Orsay vont bénéficier d’un financement dans le cadre d’un projet IDEX Paris-Saclay.

Pour une radiothérapie encore plus personnalisée

La radiothérapie constitue une arme majeure contre les cancers: environ deux-tiers des patients reçoivent ce traitement, qui s’est montré efficace contre les tumeurs localisées tout en faisant preuve d’une bonne tolérance. Depuis 20 ans, les techniques ont considérablement évolué : elles s’adaptent aux caractéristiques de la tumeur et diminuent les effets secondaires. La combinaison de la radiothérapie et des médicaments de chimiothérapie a encore amélioré son efficacité. Cependant, ces solutions ne permettent pas de vaincre toutes les tumeurs, notamment celles localisées dans les tissus sensibles.

NanoTheRad : la radiothérapie de demain

Le projet NanoTheRad, financé par les investissements d’avenir (IDEX Paris-Saclay), a pour ambition de faire de la radiothérapie une arme encore plus efficace pour lutter contre les cancers. Ce projet est basé sur le développement d’une nouvelle technologie d'irradiation dite Flash.

Récemment, un chercheur de l’Institut Curie, Vincent Favaudon, en collaboration Marie-Catherine Vozenin, chercheuse Inserm au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, a découvert le formidable potentiel des irradiations Flash : ce rayonnement à débit de dose ultra-élevée s’est révélé être une nouvelle méthode capable d’épargner les tissus sains tout en augmentant la dose délivrée au niveau des tumeurs.

Avec NanoTheRad, les médecins et les chercheurs souhaitent aller encore plus loin dans la précision en couplant protonthérapie et irradiation Flash. En effet, l’Institut Curie dispose, à Orsay, d’un des deux centres de protonthérapie en France. Cette radiothérapie ultra-précise possède la capacité quasiment unique de délivrer une dose d’irradiation de façon homogène et à une profondeur extrêmement précise. Elle est utilisée pour traiter certains cancers de l’adulte et de l’enfant situés à proximité d’organes sensibles.

En collaboration avec les radiothérapeutes, les biologistes cherchent à mettre au point des protocoles conjuguant l’irradiation Flash délivrée en un temps extrêmement court à la photothérapie. Les chercheurs travailleront aussi sur des molécules permettant d’augmenter la radiosensibilité des tumeurs et l’identification des biomarqueurs prédisant la réponse tumorale à l’irradiation. Les premiers essais cliniques devraient être lancés rapidement. D’importants résultats sont également attendus sur les technologies de traitement par radiothérapie, l'instrumentation médicale et la conception de produits chimiques.

Ce projet interdisciplinaire fédère une quarantaine d’équipes de l’université Paris-Saclay. Marie Dutreix (Institut Curie, CNRS, INSERM, Université Paris Sud) coordonnera la partie science du vivant, Sandrine Lacombe (Université Paris Sud) la chimie et Gérard Baldacchino (CEA) la physique.

Le site d’Orsay de l’Institut Curie : le fleuron des rayons

Fort de 200 chercheurs et d'un Centre de protonthérapie de renommée internationale avec plus de 10 000 séances de traitement à son actif, le site d'Orsay de l’Institut Curie est amené à devenir un site emblématique de la biologie des radiations et de la radiothérapie dans le cadre projet d’établissement 2015-2020 de l’Institut Curie. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans cette démarche et il correspond en outre à l’esprit que l'institut souhaite mettre en œuvre sur ses trois sites, en combinant les talents de différentes spécialités.

 

En savoir plus

Des"flashs" de radiothérapie pour réduire les effets secondaires

Mélanome de la peau : booster la radiothérapie grâce aux Dbait

Le PIC3i "Radiorésistance et toxicité de la radiothérapie dans les tumeurs pédiatriques du système nerveux central"

 

Texte : Céline Giustranti

Crédit photo : DR

Mathilde Regnault
30/11/2016