Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Vers un changement de pratiques pour la prise en charge de plasmocytomes solitaires

Avec 100 % de contrôle local et un risque très faible de développer un myélome multiple, le nouveau traitement des plasmocytomes solitaires proposé par les oncologues radiothérapeutes de l’Institut Curie change vraiment la donne pour les patients.

Vers un changement de pratiques pour la prise en charge de plasmocytomes solitaires

C’est au cours d’une présentation orale à l’ASTRO, le rendez-vous international mondial des oncologues radiothérapeutes, que le Dr Youlia Kirova a présenté pour la première fois à l’automne 2016 sa dernière étude sur une tumeur hématologique rare, le plasmocytome solitaire. Cette tumeur se développe au détriment d’un type de cellules sanguines, les plasmocytes. Devenues anormaux, les plasmocytes s’accumulent et forment une tumeur, au niveau de l’os ou des tissus mous. Dans plus de la moitié des cas, les plasmocytomes solitaires osseux évoluent pour devenir des myélomes multiples dans un délai de 3 à 5 ans.

Tomothérapie et immunomodulateur : le duo gagnant

En collaboration avec les hématologues de l’hôpital Cochin (AP-HP), le Dr Youlia Kirova a proposé de faire bénéficier aux patients atteints de plasmocytome solitaire des dernières avancées de la radiothérapie. Dans le cadre d’un essai clinique, les patients ont donc été traités par une radiothérapie ultra-précise par modulation d’intensité (tomothérapie), et pour certains d’un immunomodulateur, le traitement ciblé standard des myélomes multiples, a été ajouté.

« Avec 5 années de recul, tous les patients sont contrôlés localement à 100%, s’enthousiasme l’oncologue radiothérapeute. Et les tumeurs des patients à qui ont administré en plus un traitement ciblé évoluent beaucoup moins vers un myélome multiple, ce qui permet d’améliorer nettement la survie sans progression tumorale. »

Face à l’enthousiasme suscité par ces résultats, les hématologues et les oncologues radiothérapeutes préparent désormais un essai clinique de plus grande envergure pour confirmer le bénéfice de cette association thérapeutique.

En savoir plus

Lire le dossier cancers hématologiques et myélome multiple 

 

Texte : Céline Giustranti

Crédit photo : Noak / Le Bar Floréal / Institut Curie

Mathilde Regnault
01/12/2016