Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Adénopathie

L'adénopathie est une pathologie du ganglion lymphatique, qui peut être anormalement gros suite à une infection, une inflammation ou une tumeur. Rappelons que les ganglions lymphatiques, avec la rate, constituent le moyen de défense le plus important de l'organisme. L'adénopathie est parfois accompagnée d'une augmentation (hypertrophie) d'autres tissus lymphoïdes, des amygdales ou de la rate.

Les ganglions lymphatiques sont situés de chaque coté du cou, sous le menton, sous la mâchoire inférieure, derrière les clavicules, dans la zone occipitale à la base du crâne, aux alentours du pavillon de l'oreille et sous les bras.

Détection


La détection d'une adénopathie se fait par palpation des ganglions situés en surface. Pour surveiller les ganglions profonds, on peut avoir recourt à l'imagerie médicale (radiographie, échographie, lymphographie,...).

Causes


Généralement, les adénopathies sont secondaires à une maladie (souvent une infection) située au voisinages des ganglions touchés. Une inflammation chronique des ganglions (adénopathie persistante) peut révéler la présence d'un cancer. La propagation aux ganglions voisins d'un cancer primitif est l'étape intermédiaire entre la tumeur initiale et la propagation par métastases puisqu'il s'agit d'une propagation régionale. Les cellules cancéreuses ont généralement une plus grande affinité pour les vaisseaux lymphatiques que pour les vaisseaux sanguins, ce qui constitue alors un moyen de propagation privilégié pour les cancers.

Parfois, le ganglion lymphatique est le siège primaire d'un cancer. On parle alors d'adénopathie cancéreuse primaire. Celle-ci est due à la prolifération anarchique des cellules composant le ganglion : les lymphocytes.

Traitement


Un cancer affectant les ganglions lymphatiques suppose souvent une ablation de ceux-ci. Il est fréquent que le cancer du sein s'étende au niveau des ganglions lymphatiques situés à proximité, c'est-à-dire localisés près de la clavicule ou de l'aisselle. Une intervention chirurgicale permet l'élimination des parties touchées. Leur corps humaine abritant une centaine de ganglions, il restera toujours des ganglions sains pour assurer la fonction de filtration de la lymphe. La radiothérapie remplace parfois la chirurgie. Ceci dépend du diagnostic précis aposé sur l'adénopathie.

Mélanie Jacquot, rédactrice