Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Baromètre cancer : Internet, trait d’union entre patient et médecin ?

Internet peut avoir une véritable fonction pédagogique pour les patients atteints d’une pathologie lourde comme le cancer. 

Près de 6 Français sur 10 (58 %) estiment en effet qu’il permet de poser des questions que l’on n’oserait pas aborder avec son médecin.

En revanche, cette dimension pédagogique d’internet ne semble pas enrichir ou favoriser les échanges entre patients et corps médical. 54 % des Français estiment en effet que la consultation d’internet, dans le cadre d’une pathologie comme le cancer, ne permet pas de mieux préparer une consultation chez le médecin. Sur ce point, ce sont les femmes avec 58 % qui se montrent les plus sceptiques.

Par ailleurs, plus d’1 Français sur 2 (53 %) estime qu’internet complique la relation patient - médecin (versus 44 % pas d’accord). 

Qu’en pensent les médecins ?

Afin d’enrichir cette étude, une centaine de médecins de l’Institut Curie ont été sondé sur ce sujet.

Ils se montrent légèrement plus confiants que les Français : pour 63 % d’entre eux, internet permettrait de mieux préparer une consultation chez le médecin (versus 43 % des Français) et de poser les questions que l’on n’ose pas aborder avec son médecin (73 % versus 58 % dans la population nationale).

Interrogés sur l’utilité d’une information individualisée, à travers un espace personnel et sécurisé en ligne, 95 % des médecins pensent qu’il améliorerait la qualité du parcours de soins du patient. Pour 93 % d’entre eux, ce système permettrait de renforcer la place du patient dans sa prise en charge et, pour 79 %, il renforcerait les échanges entre patient et médecin.

"Pour être un véritable trait d’union entre le médecin et le patient, l’information devra être personnalisée, fiable et sécurisée. Pour cela, nous travaillons actuellement sur un projet e-santé, mycurie.fr, qui répondra aux attentes des patients", se réjouit le Dr Alain Livartowski, oncologue, responsable du projet e-santé à l’Institut Curie.

Céline Giustranti
02/09/2014