Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancer de la prostate : les facteurs de risque

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme en France. Heureusement, il est souvent dépisté tôt. Touchant en priorité les hommes âgés, ce cancer semble parfois favorisé par une vulnérabilité familiale à la maladie.

Un cancer fréquent mais de bon pronostic

53 000 nouveaux cas de cancers de la prostate ont été répertoriés en 2012 en France métropolitaine, le plus souvent chez des personnes de plus de 70 ans.

- 1 homme sur 10 né en 1935 est concerné par la maladie.

- 1 cancer sur 10 est un cancer de la prostate.

Le nombre de cas a augmenté ces dernières décennies (1980 – 2005), parce que…

- La population vivant plus longtemps, plus de personnes atteignent l’âge où ce cancer peut se déclarer.

- Le cancer de la prostate se dépiste et se diagnostique mieux qu’auparavant. Autrefois, de nombreux hommes âgés décédaient d’une autre pathologie sans savoir qu’ils avaient également un cancer de la prostate.

Aujourd’hui, grâce au dépistage précoce, près de 9 patients sur 10 sont diagnostiqués avec une forme localisée de cancer de la prostate, qui peut se soigner bien.

Les épidémiologistes ont récemment noté des données encourageantes sur ce cancer : 

- la baisse de son incidence, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas recensés chaque année, depuis 2005 ;

- une diminution constante de sa mortalité depuis les années 90 : -37 %.

Les facteurs de risque du cancer de la prostate

- L’âge : exceptionnel chez les hommes de moins de 50 ans (0,5% des cas), le cancer de la prostate touche principalement les plus de 70 ans (âge moyen au diagnostic 74 ans ; 45% diagnostiqués après 75 ans).

- Des antécédents familiaux : les hommes ayant au moins deux parents proches (frère, père, grand-père, oncle...) concernés par le cancer de la prostate ont un risque augmenté d’être également touchés par cette pathologie. Il est donc possible qu’il existe une vulnérabilité génétique à la maladie. Attention : 80% des cancers de la prostate sont sporadiques : il n’y a pas d’histoire familiale de cancer de la prostate.

- Une origine africaine ou antillaise.

Des facteurs environnementaux pourraient augmenter le risque de la maladie mais ce sujet reste débattu. Il s’agirait notamment d’une alimentation riche en graisses saturées, d’infections et d’intoxications chroniques aux métaux lourds et aux pesticides.

 

Crédit photo : Phovoir

Institut Curie
16/06/2015