Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancer de la prostate : symptômes et circonstances de découverte

Le cancer de la prostate engendre assez peu de symptômes : il est donc souvent découvert à l’occasion d’une consultation ou d’examens médicaux.

Des symptômes rares et peu spécifiques

Bien souvent, le cancer de la prostate n’occasionne pas de symptômes particuliers, notamment aux premiers stades de la maladie. Lorsqu’il évolue, il peut engendrer des troubles urinaires tels que :
- besoins fréquents et/ou urgents d’uriner,

- difficulté à uriner (besoin de pousser, miction difficile à commencer ou arrêter, jet d’urine faible ou qui s’interrompt),

- sensation de ne pas avoir complètement vidé sa vessie après avoir uriné,

- brûlure ou douleur en urinant,

- présence de sang dans l’urine ou le sperme.

Cependant, ces symptômes peuvent être causés par d’autres maladies de la prostate, non cancéreuses, comme hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ou une prostatite.

La maladie peut également engendrer des troubles sexuels (dysfonctions de l’érection, éjaculations douloureuses). Si la tumeur s’étend, des douleurs au niveau des os (dos, bassin, jambes) peuvent survenir, ainsi qu’une fatigue et une perte de poids.

Un cancer souvent détecté en consultation

Une tumeur prostatique peut être découverte par un médecin lors d’un examen associé au diagnostic ou au suivi d’une HBP. Par exemple, il constate :  

- la consistance anormale (induration) de la prostate au toucher rectal,

- une élévation du taux d’une protéine fabriquée par la prostate, l’antigène prostatique spécifique (PSA), est détectée lors d’une prise de sang.

Elle peut également être retrouvée lors d’une consultation pour des troubles urinaires ou des douleurs du bas du dos ou des hanches.

 

Crédit photo : Phovoir

Institut Curie
16/06/2015