Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancers de l'enfant : le lymphome

Les lymphomes sont des cancers du système lymphatiques Chez les enfants de moins de 15 ans, le plus fréquent des lymphomes est de type "non-Hodgkiniens". Chez les adolescents et les adultes, il s’agit plutôt de lymphome Hodgkinien.

Caractéristiques

Les lymphomes se développent au détriment des globules blancs ou lymphocytes qui aident l’organisme à lutter contre les infections.

Chez les enfants, 4 sous-types de lymphomes de type "non-Hodgkiniens" (LNH) peuvent être diagnostiqués : Le lymphome de Burkitt (à cellules B), Le lymphome lymphoblastique (à cellules T ou Pré-B), le lymphome anaplasique à grandes cellules et le lymphome B diffus à grandes cellules.

Les LHN surviennent dans les ganglions lymphatiques répartis dans tous l’organisme ou au niveau du tissu lymphoïdes présent dans de nombreux organes. Ils peuvent donc survenir à plusieurs endroits de l’organisme.

Seule une biopsie permet de confirmer le diagnostic d’un LHN et de déterminer son sous-type. Le diagnostic peut être fait par une ponction cytologique, mais nécessite encore parfois une exérèse chirurgicale d’une adénopathie par exemple.

Le traitement repose quasi exclusivement sur une polychimiothérapie (association de plusieurs chimoithérapies).

Des tumeurs qui répondent favorablement aux traitements actuels

Les LNH sont très sensibles à la chimiothérapie, outil thérapeutique majeur. La radiothérapie n’est utilisée que pour des indications exceptionnelles.

Le traitement repose donc sur une poly-chimiothérapie adaptée au type du lymphome. La durée et l’intensité du traitement sont variables également selon le type de lymphome, et varie de 2 mois (pour des lymphomes de Burkitt localisés et opérés complètement) à 2 ans pour les lymphomes lymphoblastiques.

Les thérapeutiques ciblées, le plus souvent des anticorps monoclonaux, font leur apparition. L’objectif de ces traitements est de maintenir et d’améliorer le très bon taux de guérison, tout en diminuant les effets délétères de la chimiothérapie.

 

Crédit  photo : Christophe Hargoues / Institut Curie

Céline Giustranti
21/08/2014