Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

La chimiothérapie des sarcomes

Zoom sur les principaux médicaments anticancéreux indiqués dans le traitement des sarcomes. Le choix des traitements des métastases est de plus en plus adapté au type de sarcome, et parfois à l’anomalie moléculaire.

La chimiothérapie des sarcomes

Sarcomes : quels médicaments ?

Le médicament anticancéreux le plus souvent utilisé dans les sarcomes est la doxorubicine.

  • Dans les cas de sarcomes des tissus mous, cette molécule est parfois associée à l’ifosfamide ou à la dacarbazine.
  • Dans les ostéosarcomes, elle est associée au cisplatine et au méthotrexate.
  • Dans les cas de sarcomes d’Ewing et des sarcomes des articulations (chondrosarcomes), plusieurs autres médicaments sont associés à la doxorubicine, comme le cyclophosphamide ou l’ifosfamide. Une immunothérapie ou des anticorps monoclonaux ciblés peuvent être associés à la chimiothérapie.
  • Les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) sont aujourd’hui traitées avec une molécule appartenant aux thérapies ciblées et appelée imatinib. 

En pratique 

La chimiothérapie peut être utilisée :

  • avant la chirurgie, pour réduire la tumeur,
  • après la chirurgie, si la maladie a provoqué des métastases et pour éviter les rechutes.


Pour réduire le volume de la tumeur avant une chirurgie, il est possible d’utiliser la "perfusion de membre isolé" de chimiothérapie sous circulation extra corporelle. Cette technique
consiste à isoler de la circulation sanguine un bras ou une jambe atteint d’un sarcome par un garrot et une circulation extracorporelle. Elle permet de délivrer au patient de doses de médicaments anticancéreux plus élevée que s’ils étaient administrés par voie générale.

 

Le protocole de chimiothérapie est décidé par l’équipe médicale en fonction du type, du grade et du stade du sarcome, mais aussi en fonction de l’état de santé du patient. Il définit le ou les médicament(s) employé(s), mais aussi les doses, le mode d’administration et la fréquence des séances. 

Crédit photo : Thibaut Voisin / Institut Curie

La Rédaction
08/04/2016