Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Chrystelle et Loïc : en duo contre le cancer

Sportifs, baroudeurs, pendant un an, ils se sont battus ensemble contre le cancer de Chrystelle. Aujourd’hui, Loïc et Chrystelle Michel mettent leur incroyable énergie au service de l’Institut Curie. La Marche des Lumières, pour eux, c’était une évidence.

Chrystelle et Loïc : en duo contre le cancer

Août 2011. Chrystelle a 39 ans, c’est une sportive accomplie. En pleine forme, elle vient de terminer une course de 46 km dans le Vercors et en prépare une autre de 86 km, toujours en montagne. "Je ne me sentais pas du tout malade, bien au contraire", se souvient-elle. C’est lors d’une banale visite de routine que le gynécologue découvre une grosseur sur un sein. Très vite, les examens s’enchaînent et le couperet tombe : cancer. "J’étais avec elle lorsqu’elle a reçu le diagnostic, raconte Loïc. Tout de suite j’ai eu le réflexe de pousser pour qu’on l’oriente vers l’Institut Curie, je savais que c’était un centre spécialiste du cancer du sein."

Chimio, chirurgie, re-chimio plus radiothérapie… Les traitements durent un an. Une année pendant laquelle Chrystelle n’a jamais abandonné le sport. "Evidemment, mes performances n’étaient plus du tout les mêmes. Au début je continuais à courir, puis je trottinais, sourit Chrystelle. Aux pires moments, le simple fait de marcher était déjà une épreuve, mais je n’ai jamais abandonné. Mon mari m’a même inscrite dans une salle de sport." Chrystelle s’astreint aussi à manger régulièrement et bien, même si la faim n’est pas toujours là. Primordial pour permettre à l’organisme de lutter dans les meilleures conditions.  "Les soignants de l’Institut Curie nous ont confirmé à quel point tout cela était important, nous étions sur la bonne voie."

Mais le plus bel atout de Chrystelle dans ce combat, ce sont sans doute ses plus proches, son mari et son fils de 15 ans, particulièrement présents tout au long des traitements. "Je ne me suis pas posé la question, c’était évident, commente Loïc. Mais je comprends que certains soient dans le déni. On ne peut pas prévoir comment on va réagir avant d’être confronté à cette situation. De mon côté, j’ai eu quelques jours d’abattement, de terreur même, mais je me suis ressaisi. Je ne pouvais pas m’effondrer, à la fois professionnellement et personnellement, pour ma femme et pour mon fils." Un fils qui sera mis au courant dès le programme de traitement déterminé, sans que rien ne lui soit caché.

Tout au long du traitement, Loïc est aux côtés de Chrystelle dès que son travail le lui permet. C’est donc très naturellement que, dès l’été 2012, alors que les soins s’achèvent, il s’engage avec sa femme pour soutenir l’Institut Curie, notamment via les Défis d’Amélie pour Curie. Leurs défis sont, vous l’aurez deviné… sportifs ! Un sport qui aide Chrystelle à tenir aussi dans cette difficile phase de l’après-cancer. "Bizarrement, c’est un moment compliqué. Les traitements sont finis, on va mieux mais on est complètement perdu et, une fois rentré chez soi, on se sent presque abandonné", explique Chrystelle. 

En témoignant de ses progrès et en soutenant l’Institut Curie, Chrystelle espère donc notamment montrer aux patients qu’on peut reprendre une vie normale et riche après un cancer. Tant et si bien qu’en avril, 8 mois après la fin de ses traitements, la jeune femme prend le départ du marathon de Paris avec son mari "et avec 5 amis qui m’avaient fait la surprise d’être là pour me soutenir ! Alors que j’en avais déjà couru plusieurs, cette fois mon seul but était de le terminer dans les temps (ndlr : moins de 6 h pour que le temps soit pris en compte)." Avec Loïc, elle prévoit d’essayer de courir 30 km en 4 h puis de finir en marchant. Au final, portée par l’ambiance et par ses proches venus la soutenir, Chrystelle courra 32 km et les 10 derniers km en alternant marche et trotinage et bouclera son marathon en 5 h 35 !

"Nous continuons à soutenir l’Institut Curie, nous n’avons donc pas hésité une seconde lorsque l’on nous a proposé de participer à la Marche des Lumières. C’est parce que des gens ont soutenu Curie avant nous que j’ai été bien soignée, maintenant c’est notre tour", sourit Chrystelle. Parallèlement, le couple poursuit sa série de défis sportifs. Le prochain ? Cette fameuse course de 86 km en montagne ("en équipe, cette fois !"), en septembre, que Chrystelle n’avait pas pu courir il y a deux ans. La boucle est bouclée : en route pour de nouvelles aventures !

 

En savoir plus

Le site de la Marche des Lumières

Le portrait de Richard, ambassadeur de la Marche des Lumières

Le portrait de Muriel, ambassadrice de la Marche des Lumières

 

Crédit photo : Alexandre Lescure / Institut Curie

Mathilde Regnault
26/08/2013