Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Comprendre le cancer de la prostate

La prostate est une glande génitale masculine proche de la vessie. De la taille d’une châtaigne, elle contribue à la production de sperme. Avec l’âge, elle peut être le siège du développement d’une tumeur.

Fonction et anatomie

La prostate a pour principale fonction de produire une partie des sécrétions composant le sperme, le liquide séminal. Elle participe aussi, en se contractant, à l’éjaculation. Son activité est contrôlée par l’hormone masculine, la testostérone, sécrétée par les testicules.

Située sous la vessie, la prostate entoure l’urètre, le canal qui conduit l’urine vers l’extérieur. Entourée d’une "capsule" fibro-élastique, elle se divise en 3 parties.

- Une zone "périphérique", située à proximité du rectum et qui constitue la plus grande partie de la prostate. La majorité des cancers de la prostate se développe à cet endroit.

- Une zone "de transition", au centre de la glande. Très petite chez les hommes jeunes, elle eut grossir avec l’âge (c’est ce qu’on appelle une hypertrophie bénigne de la prostate).

- Une zone centrale, située à la base de la prostate et entourant les canaux éjaculateurs.

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est intimement lié au vieillissement. Il se développe lentement, à partir d’une cellule normale qui se divise anormalement et prolifère de manière incontrôlée. Une masse de cellules malignes, la tumeur, se forme et grossit peu à peu.

Les cellules de la tumeur peuvent atteindre les tissus voisins et se disséminer par la circulation sanguine ou lymphatique. Elles gagnent d’autres parties du corps, comme les ganglions situés à proximité de la prostate, les os ou, plus tard, des organes plus éloignés comme le foie. Là, elles peuvent former des métastases. L’ensemble de ce processus prend plusieurs années.

Dans 95% des cas, les cancers de la prostate sont des adénocarcinomes, c’est-à-dire des cancers qui se développent à partir de cellules constituant le revêtement de la glande. Très rares, les autres formes de cancer de la prostate sont le carcinome à petites cellules et le sarcome.

Le cancer de la prostate est un cancer de bon pronostic : près de 90% des cancers de la prostate sont en rémission à 5 ans.


Crédit photo : US government agency National Cancer Institute. With french translation by F Lamiot

Institut Curie
16/06/2015