Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Electricité, rayonnements, ciment… Des techniques antalgiques à l’efficacité surprenante

Des méthodes analgésiques innovantes ont été récemment développées pour traiter les douleurs rebelles aux médicaments, notamment les douleurs neuropathiques et les celles liées aux atteintes osseuses.

La neurostimulation électrique transcutanée (TENS*)

Cette technique est utilisée pour les douleurs localisées ou les douleurs neuropathiques. La TENS se présente sous la forme d’un petit boîtier portatif relié au patient par des électrodes, le plus souvent autocollantes, d’une surface variable en fonction des indications. Les électrodes sont placées sur la peau  à l’endroit de la douleur ou sur le trajet du nerf qui véhicule la douleur. Ce dispositif, prescrit par le médecin, est portable et peut être utilisé par le patient lui-même après une formation à son usage par un professionnel de santé. Le patient peut activer le TENS dès qu’il a mal et moduler le courant électrique. Il ressent les impulsions électriques comme de petits fourmillements et tapotements. La douleur est habituellement atténuée pour plusieurs heures.

Le TENS de type "conventionnel" provoque une réponse des fibres nerveuses sensitives qui inhibe la conduction de l’influx douloureux au niveau de la moelle épinière. Le TENS de type "acupuncture" agit sur d’autres types de nerfs et provoquent la libération d’endorphines par l’hypothalamus, engendrant une élévation du seuil de perception de la douleur et, donc, un effet antalgique global.

La cimentoplastie

Des métastases peuvent apparaître au cours des cancers du sein, du poumon ou de la prostate et se placer au niveau des os, la colonne vertébrale étant le site le plus fréquent de ces métastases osseuses. Elles peuvent engendrer des micro-fractures qui, non traitées, sont susceptibles de fragiliser l’os et d’entraîner une fracture et éventuellement une déformation. Toutes deux sont source de douleurs, pas toujours bien soulagées par les antalgiques. Dans certains cas de lésions au niveau des vertèbres et du bassin, la cimentoplastie contribue à faire diminuer voire disparaître ce processus douloureux. 

Cette technique consiste à injecter à l'aide d'une aiguille, sous contrôle d’imagerie (généralement un amplificateur de brillance), un polymère  ou "ciment" biocompatible au niveau de l’os fragilisé afin de le consolider. Durant l’intervention, la cimentoplastie peut être couplée à la radiofréquence. Cette méthode, qui consiste à placer une aiguille émettrice d’un courant qui va détruire la métastase, possède en elle-même une action antalgique. 
La cimentoplastie représente une technique à  très faible risque de complication. Elle s’avère efficace pour réduire rapidement les douleurs dues aux métastases osseuses, et d’autant plus qu’elle est effectuée précocement et avant la survenue d'une déformation de la zone concernée. Cette efficacité est durable. Elle permet de réduire la consommation d’antalgique et d'améliorer la qualité de vie. 

La radiothérapie à visée antalgique

La radiothérapie est utilisée dans le traitement des cancers afin de détruire les tumeurs à l'aide des rayonnements ionisants. Si une tumeur occasionne des douleurs, par exemple par compression d’une zone du corps innervée ou par destruction des tissus sains, la radiothérapie permet donc d’agir indirectement sur la douleur cancéreuse. Cependant, la radiothérapie peut être utilisée spécifiquement pour lutter contre certaines douleurs localisées avec des doses et des fréquences d’irradiation spécifiques.

La radiothérapie à visée antalgique concerne en particulier les douleurs liées aux lésions osseuses dues à des métastases apparaissant au cours de certains cancers (du sein, du poumon, de la prostate…). Elle peut aussi être indiquée en cas de tumeurs thoraciques, abdominales ou pelviennes douloureuses. L’antalgie est obtenue par cette méthode dans 60% à 70% des cas. Elle est parfois rapide, elle nécessite parfois 6 à 8 semaines après la fin d’irradiation. Les mécanismes de l’effet antidouleur de la radiothérapie sont liés à la décompression, la consolidation, la destruction de la tumeur, ainsi qu’à un effet antiinflammatoire.

 

*Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation

 

Crédit photo : Noak / Le Bar Floréal / Institut Curie

Emmanuelle Manck
26/08/2014