Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

L'Institut Curie, référent national pour le mélanome de l'uvée

Fort de son expertise, l’Institut Curie a été chargé par l’Institut national du cancer (INCa) de structurer et coordonner le réseau national de prise en charge des patients atteints de mélanome uvéal.

Les mélanomes choroïdiens représentent environ 80 % des mélanomes de l'uvée (choroïde, corps ciliaire et iris). Avec 500 à 600 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France, et bien que ce soit la tumeur maligne de l’œil la plus fréquente, ce cancer reste relativement rare. Chaque année, près de 300 nouveaux patients atteints de cette pathologie sont pris en charge dans le Service d'Ophtalmologie du Dr Laurence Desjardins à l’Institut Curie.

Parallèlement, le Dr Laurence Desjardins a mis en place un réseau national sur cette pathologie, le réseau Melachonat, sous l’égide de l’INCa et soutenu par Malakoff Médéric. Il qui regroupe 8 centres hospitaliers en France. Il permet de garantir aux patients atteints de ce cancer une prise en charge adaptée et de qualité, partout en France.

Depuis 2009, il existe des réunions de concertation multidisciplinaire (RCP) ophtalmologique et oncologique. Réalisées sous forme de web conférences, elles sont ouvertes à tous les spécialistes en France et aident à la prise de décisions thérapeutiques.

Les autres missions du réseau sont de définir des recommandations nationales de bonnes pratiques cliniques, de favoriser le recours et l’accès à l’innovation en développant des essais cliniques, de collecter les données dans une base nationale informatisée dédiée, de promouvoir la recherche, d’informer le public et de former les professionnels, enfin de structurer une filière de soins.

Organiser la prise en charge

Certains traitements comme la protonthérapie, forme ultra-précise de radiothérapie, largement préconisée dans le traitement de ce cancer ne peuvent être réalisés que dans deux centres en France, au Centre Antoine Lacassagne à Nice (Alpes-Maritimes) et à l’Institut Curie sur son site d’Orsay (Essonne). La formation des ophtalmologistes du réseau à la pose des clips de repérage, préalable indispensable à ce traitement, permet de limiter les déplacements des patients. Ils n’auront qu’à venir pour les séances de protonthérapie. Les autres consultations et la surveillance seront assurées par l’un des 8 centres du réseau, d’où un meilleur confort pour eux et une réduction des coûts.


Crédit photo : Pedro Lombardi / Institut Curie

Céline Giustranti
08/06/2015