Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Mélanome de l'uvée : affiner le diagnostic

Savoir quel traitement administrer à quel patient repose sur une meilleure connaissance des risques évolutifs propres à chaque tumeur.

Au-delà de l’expertise médicale développée depuis médecins et chercheurs de l’Institut Curie disposent d’une collection de prélèvements tumoraux et de métastases associée aux données cliniques sur les patients. 

"Cette collection unique nous a d’ores et déjà permis d’identifier en fonction de leur profil génétique, 3 sous populations de patients, à bas risque, risque intermédiaire et haut risque, complète le Pr Nathalie Cassoux, chef du département de chirurgie à l’Institut Curie. Ces données génétiques apparaissent dans notre étude comme un facteur pronostique plus pertinent que les données cliniques et histologiques jusqu’alors utilisées (2)." Ces analyses sont désormais proposées à tous les patients afin d’établir un pronostic fiable de l’évolution de leur maladie et donc adapter le suivi post-thérapeutique.

Pour les patients identifiés à haut risque de rechute, le Dr Sophie Piperno-Neumann est le coordonnateur de l’essai FOTE ADJ promu par l’Institut Curie. C’est le seul essai clinique de phase III en cours évaluant si l’administration d’une chimiothérapie préventive ou adjuvante par Fotémustine – une chimiothérapie prescrite avant l’apparition de signes de dissémination tumorale afin de réduire ce risque – apporte un bénéfice par rapport à une surveillance renforcée chez les patients à haut risque clinique ou génomique. 

 

Crédit photo : Jérôme Couturier / Institut Curie

Céline Giustranti
08/06/2015