Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Mélanome de l'uvée : les traitements disponibles

L’une des préoccupations majeures est la préservation de la vue. Les traitements conservateurs, qui permettent de détruire ou d’enlever la tumeur en conservant le globe oculaire, sont essentiellement basés sur la protonthérapie et la curiethérapie.

La protonthérapie, une radiothérapie ultra-précise

La protonthérapie, radiothérapie utilisant un faisceau de protons à la balistique très précise, est idéale pour traiter les tumeurs situées à proximité d’organes sains, comme c’est le cas des mélanomes de l’uvée, car elle permet de réduire leur irradiation. Elle est principalement proposée pour les tumeurs postérieures et à cheval sur l’équateur de l’œil.

Ce traitement nécessite d’abord une hospitalisation et une intervention chirurgicale pour mettre en place les clips, à l’extérieur de l’œil afin de repérer la tumeur. Une ponction à l’aiguille fine est réalisée lors de l’intervention chaque fois que cela est possible pour mieux caractériser la tumeur sur le plan biologique.

Une endorésection (ablation chirurgicale du tissu tumoral cicatriciel) est parfois réalisée après la protonthérapie pour éviter les complications en particulier le glaucome néovasculaire.

Cette thérapie permet de conserver le globe oculaire mais malheureusement pas toujours la vision dans 90 % des cas. Elle permet également un contrôle local de la tumeur dans 95 % des cas et le risque de récidive locale, inférieur à 5 % à dix ans, reste très faible.

La curiethérapie, une technique historique à l’Institut Curie

La curiethérapie est indiquée pour traiter les petites tumeurs situées dans la partie antérieure de l’œil, tout en protégeant les paupières et la glande lacrymale.
Les médecins placent directement au niveau de la tumeur un disque en or, d’un diamètre de 12 mm à 20 mm, dans lequel sont incorporés des grains d’iode radioactif (iode 125). Le contrôle local de la tumeur est obtenu dans 95 % des cas.

La chirurgie

L’ablation de la tumeur avec conservation du globe oculaire n’est possible que pour certaines tumeurs. Si la tumeur est trop volumineuse, en cas de récidive ou de complications majeures du traitement conservateur, une ablation chirurgicale de l’œil peut être envisagée.

Les médecins installent alors un implant constitué d’une bille en corail sur laquelle sont greffés les muscles de l’œil.

 

Crédit photo : Eric Bouvet / Institut Curie

Céline Giustranti
08/06/2015