Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Les missions du Réseau lymphomes oculocérébraux

Afin d’améliorer la prise en charge des patients atteints de lymphomes cérébraux et/ou oculaires primitifs, un réseau de centres experts français a été créé en 2011. Il assure l’organisation des soins et la promotion de la recherche.

Le Plan Cancer 2009-2013 prévoyait le développement de prises en charge spécifiques pour les patients atteints de tumeurs rares en France. Cette démarche a abouti à la structuration et au financement de réseaux experts nationaux pour 23 cancers rares, dont les lymphomes oculo-cérébraux. Le réseau s’articule autour d’un centre expert national en Ile-de-France, sur deux sites, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et l’hôpital René Huguenin-Institut Curie (Saint Cloud), et de 20 centres experts régionaux répartis dans toute la France. La coordination du réseau est assurée par le Pr Khê Hoang-Xuan, neuro-oncologue à la Salpêtrière et par le Dr Carole Soussain, hématologue à l’Institut Curie. Le Pr Nathalie Cassoux, à l’Institut Curie (Paris), est le référent ophtalmologiste de ce réseau.

L’objectif de ce réseau est d’assurer une prise en charge optimale à tous les patients en France mais aussi de développer la recherche sur cette pathologie rare.

Le réseau LOC a en particulier mis en place une base de données nationale. C’est une étape indispensable pour disposer à terme d’informations épidémiologiques sur la maladie (nombre de nouveaux cas par an en France, âge moyen des patients, sexe, prédominance dans certaines régions ou certaines professions, pourcentage de cas liés à un déficit de l’immunité etc… ) mais aussi de suivre l’évolution du devenir des patients au cours du temps.

Par ailleurs, le réseau LOC organise la collecte et la conservation d’échantillons tumoraux et de prélèvements de liquides biologiques (sang et liquide céphalorachidien) destinés à la recherche. Ces recherches permettront peut-être d’identifier des biomarqueurs de risque évolutif de la tumeur ou de la sensibilité au traitement, voire des cibles thérapeutiques potentielles. 

 

Références du dossier

(1)   IL-10 measurement in aqueous humor for screening patients with suspicion of primary intraocular lymphoma. Cassoux N, Giron A, Bodaghi B, Tran TH, Baudet S, Davy F, Chan CC, Lehoang P, Merle-Béral H. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2007 Jul;48(7):3253-9.

(2)   Intensive chemotherapy with thiotepa, busulfan and cyclophosphamide and hematopoietic stem cell rescue in relapsed or refractory primary central nervous system lymphoma and intraocular lymphoma: a retrospective study of 79 cases. Soussain C, Choquet S, Fourme E, Delgadillo D, Bouabdallah K, Ghesquières H, Damaj G, Dupriez B, Vargaftig J, Gonzalez A, Houillier C, Taillandier L, Hoang-Xuan K, Leblond V. Haematologica. 2012 Nov;97(11):1751-6. doi: 10.3324/haematol.2011.060434. Epub 2012 May 11.

Crédit photo : DR

Céline Giustranti
09/06/2015