Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Pourquoi le système immunitaire ne fonctionne-t-il pas pour lutter contre les cancers ?

Le point de départ du développement d’un cancer est l'altération du matériel génétique d'une de nos cellules. Le cancer est donc une maladie du fonctionnement même de nos cellules qui, progressivement, perdent le contrôle de leur prolifération, deviennent immortelles et se développent de manière anarchique dans l'organisme. 

Elles y parviennent notamment quand le système immunitaire, en théorie présent pour détruire les agents dangereux pour l’organisme, ne réagit pas efficacement. Pourquoi ce "silence" du système immunitaire face aux cellules tumorales ? Celui-ci réagit-il parfois mais de façon insuffisante ? Des questions encore en suspens.

Pendant longtemps, l’impossibilité pour le système immunitaire de reconnaître et d’attaquer des cellules du soi a été invoquée pour expliquer sa "passivité" face au développement d’une tumeur. En effet, il existe de nombreux mécanismes de contrôle du système immunitaire, pour éviter son emballement et notamment pour éviter les phénomènes d’auto-destruction, ce qu’on appelle auto-immunité. Bien qu’issues de l’organisme, les cellules tumorales possèdent toutefois certains signes distinctifs, qui pourraient potentiellement alerter le système immunitaire. C’est ce qu’a démontré la découverte des antigènes tumoraux en 1991. Présents à la surface des cellules tumorales, ils semblent pouvoir parfois activer une réponse immunitaire. De nombreuses pistes thérapeutiques reposant sur les antigènes ont été alors explorées, sans succès. 

"En plus de toutes les autres, les cellules tumorales possèdent la capacité de "se fondre" dans le tissu environnant et de tromper le système immunitaire en lui faisant croire qu’elles ne représentent pas de danger", explique le Dr Christophe Le Tourneau, oncologue médical, responsable des essais précoces à l’Institut Curie. L’activation seule du système immunitaire n’est donc pas suffisante pour induire une réponse. En parallèle, plusieurs freins doivent donc être levés pour entraîner la destruction des cellules tumorales.

Seule la connaissance précise de l’ensemble de ces mécanismes permettra de débloquer le système immunitaire pour qu’il agisse contre les cancers. D’ores et déjà, des résultats très prometteurs sont obtenus avec des molécules thérapeutiques capables de bloquer les mécanismes de freinage de l’immunité, elles exploitent l’ensemble des étapes nécessaire à l’activation du système immunitaire. 

 

Crédit photo : Gabrielle Faure-André - Ana-Maria Lennon / Institut Curie

Céline Giustranti
14/01/2015