Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Prévention

Habitudes de vie (alcool, tabac, alimentation, pratiques sexuelles…), environnement (expositions à des agents cancérogènes chimiques ou physiques comme l'amiante ou les radiations), âge, prédisposition génétique sont tout autant de facteurs de risque connus pour favoriser l'apparition de certains cancers. Dans un très grand nombre de cas, on sait aujourd'hui qu'il est cependant possible de limiter ces risques. L'adage "Mieux vaut prévenir que guérir" reste ainsi d'une très grande actualité. La prévention "primaire" a pour cible les personnes saines : elle a pour objectif de diminuer l'incidence de la maladie. Pour cela, il faut informer ces personnes en bonne santé sur les risques qu'elles prennent à titre individuel (ne fumez pas, ne vous exposez pas au soleil, …) ou qu'elles courent à titre collectif. La prévention primaire c'est aussi chercher à détecter à l'aide, par exemple, de marqueurs biologiques, la présence de facteurs qui mettent la santé d'une population en danger et tenter de les éliminer. La prévention "secondaire" concerne plus directement les traitements que les individus : il s'agit ici de neutraliser l'évolution d'une maladie ou d'en diminuer la durée. La prévention "tertiaire" désigne plus spécifiquement les mesures susceptibles d'éviter les rechutes ou certaines complications. Elle est placée sous le signe de l'adaptation et de la réadaptation.