Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Le traitement de la douleur à l'Institut Curie

Depuis une vingtaine d’années, la prise en charge des douleurs liées aux maladies et à leurs soins, en particulier au cancer, s’est développée et organisée en France. L’Institut Curie s’est investi fortement dans cette lutte contre toutes les douleurs pour le bien-être de ses patients. 

Lutte contre la douleur : un droit et une priorité

La prise en compte de la douleur dans la prise en charge de toute maladie s’est développée durant les dernières décennies et peu à peu imposée dans les textes. En 1998, le Plan Kouchner de lutte contre la douleur dans les établissements de santé publics et privés a été mis en œuvre. En 2002, la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a reconnu le soulagement de la douleur comme un droit fondamental de toute personne.  La lutte contre la douleur est également  devenue une priorité de santé publique en 2004.

Les Plans Cancer successifs ont intégré, dès 2003, une meilleure prise en charge de la douleur cancéreuse. Ils comprennent, en amont, la formation universitaire des médecins à la douleur, le renforcement des soins de support dans les établissements de santé, le développement des méthodes antalgiques, une meilleure structuration de  la filière de soins de la douleur…  Des fonds ont été consacrés à ces projets et différents moyens d’organisation ont été mis à la disposition des établissements et des professionnels de santé par les pouvoirs publics pour que les douleurs des patients soient toujours mieux prises en compte et soulagées.

L’engagement précoce de l’Institut Curie

De par ses valeurs fondatrices incluant une approche globale du patient et la prise en compte de son bien-être, l’Institut Curie s’est intégrée rapidement dans toutes ces évolutions. Mis en place il y a plus de 10 ans, son Centre de la douleur comprend actuellement le département Soins de support, qui prend en charge la diversité des symptômes douloureux et le département Anesthésie- réanimation-douleur, qui s’occupe plutôt des techniques plus invasives d’analgésie. Il intègre une prise en charge pluridisciplinaire de la douleur. La douleur chronique, particulièrement complexe, implique par exemple l’évaluation et la prise en compte tant d’un « profil douloureux » que de spécificités individuelles et l’intervention de plusieurs professionnels, dont un psycho-oncologue.

Une équipe et des thérapies novatrices au service du patient 

Médecin douleur, anesthésiste, urgentiste, neurochirurgien,  infirmière formée aux soins palliatifs, diététicienne, kinésithérapeute, psychologue, assistante sociale, esthéticienne… A l’Institut Curie, de nombreuses compétences s’allient pour lutter contre toutes les douleurs  par différents moyens. Les méthodes employées s’étendent des plus  « douces », comme l’hypno-analgésie, aux plus techniques, comme d’administration médullaire de morphine pour les douleurs rebelles et aux plus innovantes, comme la cimentoplastie pour renforcer les os fragilisés.

Les deux équipes échangent régulièrement pour déterminer, de manière coordonnée, les moyens les plus pertinents de soulager la douleur de chaque patient en fonction de l’évolution de sa maladie. Dans certains cas, le Centre de la douleur coopère avec d’autres départements de l’Institut Curie, comme le département de Radiologie, à même de réaliser des traitements de radiologie à visée antalgique, mais aussi avec d’autres intervenants extérieurs, comme un orthopédiste pour les douleurs locomotrices.  

 

Crédit photo : Alexandre Lescure / Institut Curie

Emmanuelle Manck
26/08/2014