Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Coralie Dorard, étudiante, reçoit une bourse L’Oréal

Cette doctorante de l’équipe d’Alain Eychène est l’une des 25 jeunes chercheuses récompensées par le programme « Pour les Femmes et la Science » de L’Oréal qui encourage ainsi la cause des femmes dans la recherche scientifique.

Coralie Dorard, étudiante, reçoit une bourse L’Oréal

Altruiste, Coralie Dorard explique ses recherches autour du cancer par le désir de voir aboutir rapidement des applications concrètes et de se sentir utile au quotidien en contribuant à la découverte de nouvelles thérapies contre cette maladie. C’est ainsi qu’étudiante en fin de première année de master en biologie moléculaire et cellulaire, elle cherche à intégrer en priorité l’Institut Curie, leader autour de la recherche sur le cancer.

Elle devient alors membre de l’équipe de recherche « Signalisation RAF et MAF dans l’oncogenèse et le développement », dirigée par Alain Eychène à Orsay (Unité Signalisation normale et pathologique : de l’embryon aux thérapies innovantes des cancers - Institut Curie/CNRS UMR 3347/Inserm U1021), dans le cadre de son master 2 en génétique de l’UPMC. Objectif :  mieux comprendre le processus cancéreux en étudiant le rôle des protéines intracellulaires B-RAF et C-RAF dans la transformation des cellules mélanocytaires, à l’origine des mélanomes.

Coralie bénéficie ainsi des nombreux équipements de qualité offerts par l’institut et notamment de la plateforme d’histologie. Un environnement propice aux pensées fécondes de cette chercheuse de 28 ans, qui compte déjà à son actif un article en premier auteur dans la prestigieuse revue NATURE Médicine, sur le cancer colorectal.


Une vie à 200 km/h
La bourse reçue ? Elle la considère d’abord comme une aide financière pour préparer son post-doctorat et ses déplacements dans les laboratoires qui l‘intéressent. Jeune maman, elle envisage de le faire en Angleterre ou en Suisse pour ne pas trop s’éloigner de sa fille de six ans.
Pour celle qui avoue vivre à « 200 km/heure », d’autres projets sont également au rendez-vous. Coralie souhaite ainsi donner un coup de pouce à l’association Solidarité Laboratoires (SOLLAB), installée au Bénin. Cette dernière y a construit un laboratoire d’analyses médicales et espère y fonder prochainement une clinique. Coralie compte bien la faire connaître aussi bien du monde scientifique que d’un public plus large en organisant des levers de fonds et autres manifestations. Un nouveau défi pour cette tête fonceuse dont on ne doute pas qu’elle le relèvera avec brio.

09/10/2012