Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Nouvelles localisation et fonction pour une protéine altérée dans un syndrome de prédisposition génétique au cancer

L'équipe de Mounira Amor-Guéret s’intéresse à une maladie génétique rare, le syndrome de Bloom (BS), qui prédispose les patients à tous les types de cancers.

Un pont ultrafin centromérique - Crédit : Simon Gemble/Institut Curie
Un pont ultrafin centromérique - Crédit : Simon Gemble/Institut Curie

Ce syndrome est provoqué par des mutations dans le gène BLM, qui code pour la protéine du même nom impliquée dans le métabolisme de l’ADN. Cette équipe (unité Stress Génotoxiques et Cancer - Institut Curie / CNRS UMR 3348) cherche à décrypter les mécanismes à l’origine du développement de cancers chez ces patients pour comprendre l'origine des cancers dans la population générale. Les cellules de ces patients présentent plusieurs anomalies qui pourraient correspondre à un état pré-tumoral. Parmi elles, figure une forte augmentation de défauts de ségrégation des chromosomes. Ainsi, au moment clé de la séparation des deux cellules filles lors de la division cellulaire, certains chromosomes restent reliés par des ponts ultrafins (appelés UFBs pour UltraFine anaphase Bridges). Ces ponts proviennent des centromères, régions « étranglées » des chromosomes (une par chromosome) jouant un rôle essentiel dans la ségrégation équitable du matériel génétique entre les deux cellules filles. L’équipe vient de découvrir que la protéine BLM est localisée aux centromères et qu’en absence de BLM la structure des centromères était modifiée (il apparaît plus dense) et leur ségrégation altérée. Ainsi, BLM coopère avec une autre protéine centromérique appelée PICH, pour permettre le recrutement d’une enzyme cruciale pour séparer les centromères lors de la division cellulaire, la topoisomérase II alpha. Par ce mécanisme, BLM pourrait éviter la formation d’UFBs surnuméraires qui pourraient favoriser le développement de cancers chez les patients atteints du syndrome de Bloom.

 

En savoir plus sur l'unité Stress Génotoxiques et Cancer

 

« Bloom’s syndrome and PICH helicases cooperate with topoisomerase II alpha in centromere disjunction before anaphase »

Rouzeau S, Cordelières FP, Buhagiar-Labarchède G, Hurbain I, Onclercq-Delic R, Gemble S, Magnaghi-Jaulin L, Jaulin C, Amor-Guéret M.

PLoS One, publication en ligne, 26 avril 2012

27/04/2012