Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Les origines du cancer se révèlent peu à peu

Grâce à une coopération internationale exemplaire de chercheurs et de médecins, le voile se lève progressivement sur les étapes conduisant au développement d’un cancer. 

Les origines du cancer se révèlent peu à peu

Ensemble, on est plus fort. Tel pourrait être le surnom du programme international International Cancer Genome Consortium (ICGC) initié en 2008. Réunissant plusieurs centaines de chercheurs et de médecins à travers le monde, ce programme vise à séquencer les génomes des tumeurs de plusieurs milliers de patients afin de mieux comprendre, pour une cinquantaine de types de cancers, le rôle des altérations génomiques dans le développement de ces cancers. L’Institut national du cancer (INCa) représente la France au sein de ce consortium. A ce titre, il coordonne l’ensemble du dispositif dont font partie des médecins-chercheurs du département de Biologie des tumeurs, le Centre de ressources biologiques et l’unité Gestion des essais cliniques pour l’Institut Curie.

 

Décrypter le génome pour comprendre le cancer

Cette mise en commun des données et des expertises est train de porter ses fruits. Ainsi, dans une publication parue dans Nature le 14 août 2013 et signée par une centaine de chercheurs dont le Dr Anne Vincent-Salomon, pathologiste à l’Institut Curie, le consortium décrit la suite d’altérations conduisant à l’apparition de plusieurs cancers. Ces données, à elles seules, expliquent la plupart des altérations observées dans 30 des cancers les plus fréquents.

La transformation d’une cellule en cellule tumorale résulte d’une succession d’altérations dans le matériel génétique. Ces altérations touchent des gènes importants pour la biologie de la cellule, mais varient selon la nature et l'origine du cancer. Pour une cellule, le catalogue de ses altérations représente son "histoire". "Nous avons identifié la majorité des signatures mutationnelles qui expliquent le développement génétique et l’histoire des cancers, explique Ludmil Alexandrov, premier auteur de cette publication et chercheur au Wellcome Trust Sanger Institute qui a joué un rôle majeur cette découverte. Nous commençons donc à comprendre le processus biologique complexe qui se déroule et permet le maintien de ces signatures mutationnels dans le génome des cellules cancéreuses."

Tous les cancers étudiés comportent au moins deux de ces signatures. Ce qui illustre bien la diversité des processus pouvant survenir lors du développement des cancers. Par exemple, alors que dans les cancers des ovaires, 2 types de « chemins » possibles pouvant conduire à l’apparition des tumeurs des ovaires ont été mis en évidence, il en existe 6 pour les cancers du foie.

En établissant ce "catalogue" pour différents types de cancer, le consortium ICGC espère ainsi concevoir et de définir de nouvelles stratégies de prévention, de diagnostic et de traitement.

 

Crédit photo : Noak / Le Bar Floréal / Institut Curie

 

En savoir plus

Signatures of mutational processes in human cancer

Ludmil B. Alexandrov, Serena Nik-Zainal, David C. Wedge, et al (2013)

Nature, 14 août 2013. DOI: 10.1038/nature12477

 

Comment une cellule devient-elle cancéreuse ?

 

Mathilde Regnault
19/08/2013