Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate

Prostate et cancer

La prostate est une glande de l'appareil génital masculin, qui joue un rôle dans la production du sperme. Un cancer de la prostate correspond au développement de cellules cancéreuses dans la prostate. Le plus souvent, ces cellules cancéreuses  apparaissent majoritairement dans la zone périphérique de la prostate, plus rarement dans la zone centrale. Lorsque le cancer n'est pas traité à son début, certaines cellules cancéreuses peuvent se détacher et migrer à travers les vaisseaux sanguins ou lymphatiques pour s'implanter dans les ganglions lymphatiques voisins.

Fréquence et facteurs de risques

Avec 62 245 nouveaux cas en France en 2005, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme. Il représente la deuxième cause de mortalité par cancer chez l'homme, après le cancer du poumon. C'est, le plus souvent, un cancer à évolution lente. Des études révèlent qu'un homme sur deux, après 60 ans, serait porteur de cellules prostatiques cancéreuses mais elles sont souvent si peu nombreuses qu'elles ne nuisent pas à la santé du patient. L'âge est en effet le facteur de risque le plus important pour le cancer de la prostate. Les antécédents familiaux et la consommation de graisses, viandes rouges et produits laitiers en grandes quantités auraient également un impact négatif qui favoriserait l'apparition du cancer de la prostate.

Dépistage

Le dépistage du cancer de la prostate n'est pas généralisé. Cependant, l'Association française d'urologie recommande un dosage du PSA (de l'anglais Prostatic Specific Antigen) et un touché rectal une fois par an pour tous les hommes entre 50 et 75 ans. Le dépistage par dosage du PSA, qui est une protéine témoin de l'activité de la prostate, est controversé au sein de la communauté médicale qui juge que la hausse du taux de PSA n'est pas un marqueur suffisamment fin. D'autres techniques de dépistage sont à l'étude.

Mélanie Jacquot, rédactrice