Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Equipe Biomarqueurs tumoraux circulants

L’équipe utilise les biomarqueurs circulants chez les patients atteints de cancer pour les études suivantes : surveillance de la maladie résiduelle minimale, utilisation des biomarqueurs circulants en tant que marqueurs d’indication thérapeutique, analyse des cellules tumorales circulantes (CTC) pour mieux comprendre la biologie des métastases.

Equipe Biomarqueurs tumoraux circulants

Les biomarqueurs non-invasifs sont une classe émergente de biomarqueurs. Ils offrent des avantages uniques par rapport aux biopsies tissulaires : Ils sont moins nocifs pour le patient et fournissent des informations lorsque la biopsie n'est pas possible. Les prélèvements répétés sont possibles, ce qui permet de suivre la réponse au traitement, de contrôler son efficacité et l’apparition d’éventuelles résistances. Ils peuvent être mesurés avec une extrême sensibilité, essentielle pour le contrôle de la maladie résiduelle minimale ou la détection des premiers stades du cancer. Enfin, le sang constituant un réservoir pour la tumeur, son analyse peut réduire les biais liés à l'hétérogénéité tumorale spatiale.

La maladie disséminée peut être détectée dans le sang (ou d'autres fluides) à partir de l’ADN tumoral circulant (ADNct) et à partir des cellules tumorales circulantes (CTC). Les biomarqueurs provenant de l’ADNct sont basés sur l’analyse de mutation sur gènes uniques ou multiples. Pour les deux substrats, le défi est d'isoler et d'analyser la cible dans un bruit de fond élevé. Pour l’étude de l’ADNct, l'allèle mutant est perdu parmi des dizaines voire des centaines de milliers d’allèles sauvages, et pour l’étude des CTC, le bruit de fond est d'environ 1 milliard de globules blancs. Des études récentes ont montré que l’ADNct offre une meilleure sensibilité, au moins dans le cancer du sein et du mélanome uvéal, tandis que les CTC fournissent des informations uniques reposant sur la biologie de la tumeur obtenues à partir de l’analyse de la cellule entière, des ARN, et l’étude de la composition en protéines.

L’équipe Biomarqueurs tumoraux circulants possède une vaste expertise dans la détection des CTC et commence plusieurs projets sur la détection de l’ADNct. L'utilité clinique des différents marqueurs biologiques est étudiée dans les tumeurs pour lesquelles l'Institut Curie est en mesure de recueillir un grand nombre d'échantillons cliniques.

Responsable : Charlotte Proudhon

A l'Institut Curie depuis 2015
Post-doc - NYU Langone Medical Center (New-York, USA)
PhD - Molecular Genetics - Paris 7 University/ Institut Curie (Paris, France)

L'équipe

Jean-Yves Pierga – Investigateur coordinateur des études cliniques

Francois-Clement Bidard – Co-investigateur coordinateur des études cliniques

Olivier Lantz – Consultant scientifique, INSERM DR

Marc-Henri Stern – Consultant scientifique, INSERM DR

Charles Decraene – Ingénieur de recherche

Aurore Rampanou – Responsable de plateau CTC

Caroline Garnier-Hego – Ingénieur d’étude

Alexandre Houy – Ingénieur Bioinformaticien 

Maud Milder – Attaché de recherche clinique

Astrid Girard-Thierry – Etudiante M2

Anciens membres de l'équipe

Adrien Saliou – Post-Doc. Maintenant chercheur chez Bioaster, Lyon, France 

Jordan Madic – Post-Doc. Tracvaille désormais pour Stilla Technologies, Vilejuif, France

Isabelle Vaucher – Responsable plateau CTC.

Ronald Lebofsky – Responsable labo. Travaille désormais chez Bio-Rad Laboratories, France 

CONTACT

Charlotte Proudhon

Institut Curie Département de Recherche Translationnelle
Biomarqueurs tumoraux circulants

26, rue d'Ulm
75248 Paris Cedex 05

Email: charlotte.proudhon@curie.fr

Institut Curie
25/03/2015