Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Institut Curie : Site de Recherche intégrée sur le Cancer (SiRIC)

En juin 2011, l’Institut Curie a été l’un des centres à obtenir le premier label SiRIC par l’INCa. Cette labellisation qui s’inscrit pleinement dans le modèle créé par Marie Curie elle-même, dès l’origine, va accentuer la mise en œuvre quotidienne du continuum soins-recherche au service de la lutte contre le cancer.

Institut Curie : Site de Recherche intégrée sur le Cancer (SiRIC)

Avec le label SiRIC (Site de Recherche Intégrée sur le Cancer), l’Institut Curie renforce encore la structuration de la recherche translationnelle et clinique, développe des programmes interdisciplinaires avec les unités de recherche fondamentale et diffuse les connaissances produites.

De ces interactions entre recherche fondamentale, recherche clinique et recherche translationnelle doivent émerger des résultats susceptibles d’être rapidement transposés aux patients sous la forme d’examens diagnostiques, de stratégies thérapeutiques, de médicaments, d’actions sociales ou de santé publique (prévention et dépistage).

Ce projet dirigé par le Dr Olivier Delattre, Directeur de l’unité Inserm U830 Génétique et Biologie des Cancers, est mené en partenariat avec l’ESPCI, l’Université Paris Descartes, l’Inserm et le CNRS

 

Renforcer la collaboration recherche-soins au bénéfice des patients

Grâce au label SiRIC, l’Institut Curie développe notamment 8 programmes de recherche intégrée impliquant de nombreuses équipes de l’ensemble hospitalier et du centre de recherche. Le financement permettra d’une part d’identifier et de financer le démarrage d’au moins deux équipes de recherche translationnelle sur ces programmes et d’autre part de proposer des actions structurantes permettant d’assurer la faisabilité des projets :

 

► Pathologie moléculaire : biomarqueurs et cibles thérapeutiques
Distinguer chaque tumeur par sa "signature génétique", une sorte de code-barre dont la lecture informerait instantanément le médecin sur le traitement disponible et le plus adapté à son patient. C’est l’objectif des recherches actuelles menées en génétique des cancers qui vise à faire émerger des biomarqueurs. Parfois ces signatures sont également un élément de pronostic. L’intégration des caractéristiques biologiques des tumeurs ainsi mises à jour est déterminante dans la prise en charge des patients. La prise en compte de l’émergence de marqueurs épigénétiques ou liés au stroma tumoral constitue une priorité. La mise en place récente de la plateforme ICGex, financée dans le cadre du grand emprunt, s’intègre parfaitement à ces programmes.

Coordonnateurs : Anne Vincent-Salomon (anne.salomon@curie.fr), chef du département de biopathologie de l’Institut Curie et Olivier Delattre (olivier.delattre@curie.fr), directeur de l’unité Génétique et biologie des cancers à l’Institut Curie, directeur délégué à la recherche biomédicale du Centre de Recherche de l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Pathologie moléculaire : biomarqueurs et cibles thérapeutiques

► Approches immunologiques à des fins thérapeutiques
Plusieurs pistes existent pour utiliser le système immunitaire pour éliminer les tumeurs : développement d’anticorps ciblant les cellules tumorales pour bloquer leur progression ou encore vaccinothérapie. Autant d’approches que les médecins et les chercheurs étudient pour mettre au point de nouvelles solution thérapeutiques.

Coordonnateurs : Sebastian Amigorena (sebastian.amigorena@curie.fr), directeur de l’unité immunité et cancer à l’Institut Curie et Jean Michon (jean.michon@curie.fr), chef du département de pédiatrie de l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Approches immunologiques à des fins thérapeutiques

► Evaluation et caractérisation des mécanismes d’extension de la maladie
Repérer le plus tôt possible l’apparition de cancers ou leur rechute est l’un des enjeux de la cancérologie. Malgré les progrès de l’imagerie, la récidive de la tumeur doit avoir atteint une taille suffisante pour être visible. A l’Institut Curie, plusieurs équipes travaillent sur les enjeux des cellules tumorales circulantes et de l’ADN tumoral circulant dans le sang pour repérer au plus tôt la présence d’une tumeur ou d’une récidive. Ces marqueurs sanguins peuvent également jouer un rôle essentiel dans l’évaluation de la réponse thérapeutique.

Coordonnateurs : Pr Jean-Yves Pierga (jean-yves.pierga@curie.fr), oncologue médical à l’Institut Curie et Olivier Lantz (olivier.lantz@curie.fr), chef de l’unité d’Immunologie clinique à l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Evaluation et caractérisation des mécanismes d'extension de la maladie

► Facteurs génétiques de susceptibilité au cancer et à la réponse thérapeutique
En fonction de leur patrimoine génétique, tous les individus ne présentent pas les mêmes risques de développer un cancer et ne répondent pas tous de la même façon au traitement. La recherche de ces caractéristiques génétiques permettrait d’une part d’identifier des sous groupes de populations plus à risque pour leur proposer un suivi adapté et d’autre part, de proposer un traitement mieux adapté.

Coordonnateurs : Dominique Stoppa Lyonnet (dominique.lyonnet@curie.fr), chef du service d’Oncogénétique à l’Institut Curie et Nadine Andrieu  (nadine.andrieu@curie.fr), chef de l’équipe Epidémiologie des cancers à l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Facteurs génétiques de susceptibilité au cancer et à la réponse thérapeutique

► Radiothérapie et radiobiologie
Avec un des plateaux techniques les plus complets en Europe, l’Institut Curie dispose des atouts pour mettre en œuvre la radiothérapie de demain. Parallèlement, médecins et chercheurs étudient les effets des différents types de rayonnement sur la matière biologique afin de mieux comprendre leurs effets mais aussi les variations de réponse au traitement en fonction des individus.

Coordonnateurs : Marie Dutreix (marie.dutreix@curie.fr), chercheuse dans l'unité Signalisation normale et pathologique à l'Institut Curie et Alain Fourquet (alain.fourquet@curie.fr), chef du département de radiothérapie à l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Radiothérapie et radiobiologie

► Approches diagnostiques et thérapeutiques par l’imagerie
L’imagerie médicale joue un rôle essentiel en recherche clinique pour vérifier l’efficacité des nouveaux traitements. Les médecins de l’Institut Curie participent également, en partenariat avec des laboratoires de recherche mais aussi des industriels, à l’évaluation de nouvelles techniques d’imagerie comme par exemple l’élastographie en échographie qui améliore la caractérisation des lésions mammaires.  Par ailleurs la technique OCT (optical coherence tomography) présente des perspectives extrêmement intéressantes  pour analyser des caractéristiques d’un tissu tumoral sans le modifier par fixation et coloration. L’ESCPI, notre partenaire sur ce programme, joue un rôle majeur pour le développement de ces techniques.

Coordonnateurs : Claude Boccara, directeur scientifique de l’Ecole Supérieure de physique et chimie industrielle (ESPCI) et Hervé Brisse (herve.brisse@curie.fr), chef du département d’Imagerie médicale à l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Approches diagnostiques et thérapeutiques par l'imagerie

► Modèles pré-cliniques et essais cliniques précoces
La recherche pré-clinique développe les outils nécessaires pour tester l’efficacité de nouvelles molécules, de nouvelles associations thérapeutiques, mais aussi analyser la réponse au traitement, ou son absence. C’est une étape essentielle pour ensuite orienter au mieux les essais thérapeutiques chez les patients et débuter des essais dits précoces. Evaluer de nouveaux traitements en phase précoce nécessite une surveillance très rapprochée des patients et la réalisation de nombreux examens complémentaires.

Coordonnateurs : Véronique Diéras (veronique.dieras@curie.fr), chef du département de recherche clinique à l’Institut Curie et Sergio Roman-Roman (sergio.roman-roman@curie.fr), chef du département de recherche translationnelle à l’Institut Curie.
En savoir plus sur le thème Modèles pré-cliniques et essais cliniques précoces

► Sciences humaines et sociales appliquées à la génétique des cancers, aux essais cliniques précoces et à la qualité de soins et de vie des patients
Protéger les citoyens contre les risques liés à la recherche clinique a fondé la réflexion éthique autour de la recherche biomédicale. Cette réflexion collective se poursuit aujourd’hui en tenant compte des nouveaux enjeux de la recherche clinique. Notamment autour de l’exploration du génome par la nouvelle technique de séquençage ou de la mise en place d’essais thérapeutiques novateurs. Un partenariat très important a été mis en place avec le CERSES (Centre for Research on Meaning, Ethics and Society) Unité CNRS (UMR 8137) de l’Université Paris Descartes.

Coordonnateurs : Edwige Rudes-Antoine, Directrice du Centre de recherche Sens, Éthique, Société à l’Université Paris-Descartes et Pr François Doz (françois.doz@curie.fr), Directeur médical cancers rares.
En savoir plus sur le thème Sciences humaines et sociales appliquées à la génétique des cancers, aux essais cliniques précoces et à la qualité de soins et de vie des patients

 

La labellisation SiRIC va permettre à l’Institut Curie de renforcer le continuum entre soins et recherche, existant déjà autour des cancers du sein, des tumeurs gynécologiques, des cancers de l’enfant et des tumeurs ophtalmologiques, et de l’étendre à de nouvelles pathologies cancéreuses. Elle va aussi permettre de consolider la recherche translationnelle avec la création de nouvelles équipes dédiées et la mise en œuvre des développements stratégiques nécessaires à son essor (bio-informatique, épidémiologie, anatomopathologie, sciences humaines et sociales…). Le financement de temps protégé médical (imagerie diagnostique et pronostique, recherche clinique…) contribuera à renforcer la recherche clinique et translationnelle. 

 

 

Contact :

Elisabeth Hess : elisabeth.hess@curie.fr

Céline Giustranti
24/03/2015