Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Le cancer du poumon

Le cancer du poumon est l’un des plus fréquents : il occupe le deuxième rang chez l’homme et le troisième chez la femme, avec une progression constante. Si la chirurgie est souvent utilisée, des progrès ont été accomplis ces dernières années en radiothérapie et avec l’arrivée de nouveaux médicaments.

© Noak / Le Bar Floréal / Institut Curie
© Noak / Le Bar Floréal / Institut Curie

 

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

En 2012, on comptait 39 495 nouveaux cas en France dont 28 211 chez l’homme et 11 284 chez la femme (chiffres Inca) avec une progression liée au tabagisme féminin, notamment chez les jeunes. Le tabagisme est un des principaux facteurs de risque mais le cancer peut survenir chez des patients qui n’ont jamais fumé. D’autres facteurs sont en cause : des expositions professionnelles (l’amiante), le cannabis ou la pollution atmosphérique.

On distingue deux grands types de cancers du poumon : les carcinomes à petites cellules et les autres dits carcinomes non à petites cellules. Ceux-ci sont classés en adénocarcinome, carcinome épidermoïde ou carcinome indifférencié. On isole les cancers selon les altérations génétiques au niveau de la tumeur : cette distinction ouvre la voie à des thérapies ciblées. Ainsi, le cancer du poumon est une entité multiple dont le pronostic et les traitements seront très différents d’un patient à l’autre car de plus en plus adaptés aux caractéristiques de la tumeur.

Des progrès ont été établis dans toutes les disciplines de la cancérologie, nécessitant une collaboration étroite entre toutes les spécialités : pour le diagnostic avec le progrès en imagerie (comme le TepScanner), en biologie avec une caractérisation précise des altérations moléculaires, en radiologie interventionnelle (radiofréquence), avec la chirurgie mini-invasive ou la chirurgie à plusieurs équipes, avec la radiothérapie conformationnelle et stéréotaxique ou les thérapies ciblées et l’immunothérapie. ► En savoir plus sur le cancer du poumon

Les spécificités de la prise en charge à l’Institut Curie

La prise en charge des cancers du poumon à l’Institut Curie est assurée par une équipe comprenant l’ensemble des spécialistes utilisant les techniques diagnostiques et thérapeutiques les plus innovantes.

Sur le site de Paris, la prise en charge globale s'effectue au sein de l'Institut du Thorax, qui regroupe des équipe de l'Institut mutualiste Montsouris et des équipes de l'Institut Curie. ► En savoir plus sur l'Institut du Thorax

Sur le site de Saint-Cloud, un partenariat a été noué avec l'hôpital Foch, permettant également une prise en charge globale et concertée des patients.

Des réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) ont lieu chaque semaine sur les sites de Paris et de Saint-Cloud pour décider des meilleures approches diagnostiques et des meilleurs traitements. C’est également lors de ces réunions que, en collaboration avec les autres spécialistes, sont proposées les prises en charge des patients qui présentent des métastases pulmonaires issues de cancers extra-thoraciques (sein, tumeurs digestives et gynécologiques, tumeurs ORL, etc.).

L’Institut Curie dispose d’un des plateaux techniques de radiothérapie les plus complets en France et il est ainsi possible d’en faire bénéficier les patients atteints de cancers broncho-pulmonaires au stade précoce ou au stade métastatique : association radiothérapie - chimiothérapie, radiothérapie conformationnelle ou stéréotaxique, radiothérapie asservie à la respiration (gating).

Le pronostic de certains cancers pulmonaires reste sombre alors que pour d’autres, de nouvelles méthodes diagnostiques et de nouveaux traitements ont transformé le pronostic. Parmi les méthodes diagnostiques, la biologie moléculaire avec le séquençage à haut débit (NGS) permet d’accéder aux mécanismes de la cancérogenèse et aux nouveaux traitements en cours d’expérimentation. De plus en plus de patients bénéficient de cette approche avec l’expertise des biologistes dans une RCP de biologie moléculaire.

Pour une prise en charge globale, les soins de support sont indispensables et font partie du traitement. Une coopération avec les médecins et soignants du DISSPO permettent d’assurer une qualité de vie la meilleure possible à tous les stades de la maladie cancéreuse.

La recherche

Dès le début de la prise en charge, ou au cours de l’évolution de la maladie, des essais cliniques peuvent être proposés aux patients, s’ils entrent dans les critères d’inclusion. Ces essais peuvent permettre de mieux déterminer la séquence thérapeutique, d’utiliser de nouvelles molécules non encore commercialisées et en cours d’évaluation. Ces essais sont conduits par des groupes coopératifs français ; ce sont des essais dits multi-centriques, nécessitant de faire participer parfois plusieurs centaines de malades. D’autres essais sont conduits à partir de critères qui sont mis en évidence par une nouvelle biopsie, afin de caractériser les mécanismes biologiques du cancer. Les avantages et les risques sont expliqués au patient par l’équipe médicale avec les spécialistes des essais précoces, c’est à dire des traitements qui n’ont été proposés qu’à un petit nombre de patients en France ou dans le monde. Ces essais ouverts à l’Institut Curie permettent aux patients atteins de cancer pulmonaire d’accéder aux nouveaux traitements.

► Voir la liste des essais cliniques en cours à l’Institut Curie

 

L'équipe médicale

Nos médecins

L'équipe de l'Institut Mutualiste Montsouris

-

webmaster
24/06/2015