Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Pas encore des adultes mais plus des enfants…

L’Institut Curie dispose d’une unité dédiée aux patients âgés de 15 à 25 ans. Cette structure adapte la prise en charge aux spécificités de cette période de la vie, où le corps et la personnalité changent à toute allure, où l’on se construit une identité et où l’on acquiert une certaine autonomie.

Pas encore des adultes mais plus des enfants…

"L’objectif est d’être au plus près des attentes et besoins de ces patients et de leurs proches, afin d'apporter une expertise médicale, soignante et psycho-sociale par des professionnels issus à la fois du monde pédiatrique et adulte, explique le Dr Valérie Laurence, chef du service Adolescents Jeunes Adultes. C’est une période de la vie particulière et les difficultés pour un jeune atteint de cancer vont être différentes de celles d’un adulte ou d’un enfant. Alors que le jeune est en pleine construction, il doit faire face à des bouleversements importants qui vont avoir un impact sur son insertion scolaire, sa vie sociale et affective."

Les médecins et les soignants sont ainsi confrontés à des patients dont le comportement oscille entre celui d’enfants dépendants et d’adultes responsables ;  certains s’isolent tandis que d’autres transforment l’hôpital en lieu de rendez-vous pour leurs amis et leur famille, sans forcément respecter le cadre nécessaire au traitement. Il est alors très important d’avoir été formé à cette prise en charge pour pouvoir allier finement souplesse et fermeté, indispensables dans l’encadrement du traitement et l’organisation globale des périodes d’hospitalisation.

Une prise en charge individualisée

Une équipe médicale est dédiée et spécialement formée pour cette unité qui dispose de 6 lits en chambre individuelle et d’une "salle des ados". Chaque patient rencontre l’infirmière coordinatrice et l’assistante sociale de l’Equipe mobile adolescents-jeunes adultes (Emaja) et une psychologue ou un pédopsychiatre. Concrètement, les soins sont planifiés de manière à favoriser la poursuite de la scolarité ou de la formation.

Une attention particulière est apportée au bien-être corporel, avec l’aide d’une psychomotricienne (financée pendant trois ans par la Fondation Apicil), d’une kinésithérapeute et d’une esthéticienne. L’École à l’Hôpital intervient pour le soutien dans la poursuite des études.

Par ailleurs, des animations sont proposées aux jeunes : ateliers hebdomadaires d’écriture, de musique et d’arts plastiques.

En savoir plus 

Découvrir l’Unité AJA adolescents jeunes adultes

Découvrir latelier d’Arts plastiques 

Céline Giustranti
20/08/2014