Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

La protonthérapie ou radiothérapie par faisceau de protons

La protonthérapie est une radiothérapie externe utilisant l’énergie d’un faisceau protons pour détruire les cellules tumorales. Elle permet d’augmenter la dose d’irradiation à la tumeur et de diminuer les doses minimales délivrées aux tissus sains adjacents. Cette radiothérapie ne peut être réalisée que dans des centres spécialisés et équipés.

© Eric Bouvet / Institut Curie
© Eric Bouvet / Institut Curie

 

Qu’est-ce que la protonthérapie ?

La protonthérapie est une radiothérapie externe utilisant l’énergie d’un faisceau de protons pour détruire les cellules tumorales. Les propriétés physiques du faisceau de protons permettent d’augmenter la dose d’irradiation délivrée à la tumeur et minimiser les doses délivrées aux tissus sains proches de la tumeur. En effet le proton (partie du noyau d’un atome) à une charge positive et un poids, contrairement aux photons X. Il sera donc précisément dirigé vers sa cible grâce à des lentilles magnétiques et il déposera en totalité son énergie à une profondeur déterminée correspondant à la tumeur. La où plusieurs faisceaux de photons sont nécessaires pour traiter une tumeur, un seul faisceau de proton permet d’attendre la tumeur en épargnant complètement les tissus sains situés en arrière de celle-ci. La protonthérapie permet donc de délivrer des doses importantes pour détruire des tumeurs radio-résistantes proches d’organes sensibles comme les tumeurs malignes intra oculaires, les tumeurs de la base de crane et du rachis. L’utilisation restreinte du nombre de faisceaux pour délivrer une dose homogène à la tumeur, permet de diminuer le volume de tissus sain traversés par les rayons comparativement aux photons et permet dans certaines situations cliniques de diminuer le risque de toxicité. La protonthérapie est donc aussi particulièrement adaptée pour l’irradiation de certaines tumeurs de l’enfant et du jeune adulte.

Les spécificités de la protonthérapie à Curie

Le centre de protonthérapie de l’Institut Curie a débuté son activité en 1991 par l’irradiation des mélanomes intra oculaires. Les indications thérapeutiques se sont ensuite rapidement étendues aux tumeurs de la base de crânes comme les chordomes, les chondrosarcomes, les méningiomes et certaines tumeurs encéphaliques de l’enfant (Craniopharyngiome, Ependimome, Germinome, …). Dès 2006, les traitements sous anesthésie générale ont permis le traitement des très jeunes enfants (<6 ans). En 2013, ont débuté le traitement de tumeurs du rachis et en 2014 certaines tumeurs pelviennes et abdominales de l’enfant. Le centre fonctionne avec un accélérateur de protons (Cyclotron) qui délivre du faisceau à trois salles de traitement. Deux salles comportent une ligne de faisceau fixe et horizontale permettant les traitements en positions assises ou allongées et une salle équipée d’un bras isocentrique permettant toutes les incidences de faisceau, en position allongée. Toutes les salles sont équipées de robots et d’un système d’imagerie permettant les placements très précis des patients. Un nouveau système de délivrance active du faisceau appelé PBS (Pencil Beam Scanning) est en cours d’installation. Il permettra de couvrir point par point les volumes tumoraux à irradier ce qui améliora encore la conformation de cette radiothérapie et l’épargne des tissus sains cette fois à l’entrée du faisceau. Ce système ouvre les portes à la radiothérapie par protons avec modulation d’intensité qui est une des irradiations les plus sophistiquées dans la conformation et la protection des tissus sains.

La protonthérapie fait partie de l’arsenal radiothérapeutique que propose le Département d’Oncologie Radiothérapie de l’Institut Curie, le mieux équipé de France. Avant d’envisager une radiothérapie par protons, tous les dossiers sont discutés lors de réunions pluridisciplinaires (locales, régionales ou nationales) en présence de plusieurs spécialistes pour confirmer l’indication et la faisabilité technique.

La recherche

► Voir la liste des essais cliniques

Institut Curie
27/07/2015