Actualité - Immunothérapie

Stimunity : un grand pas vers de nouvelles immunothérapies

Sylvain Carlioz
06/04/2017
Partager
Stimunity, l’Institut Curie et l’Inserm viennent de signer un accord de licence mondiale et exclusive sur deux brevets clés. Ils couvrent la technologie VLP-cGAMP découverte à l’Institut Curie et ayant abouti à la création de la start-up Stimunity pour développer de nouveaux médicaments en immuno-oncologie.
Nicolas Manel

Nicolas Manel est chef de l’équipe Immunité innée chez l'Homme dans l’unité Immunité et cancer (Institut Curie/Inserm U932)

Tout a commencé par une découverte faite par le laboratoire Immunité innée chez l’Homme de Immunité innée chez l'Homme (Inserm/Institut Curie), dirigé par Nicolas Manel, directeur de recherche à l'Inserm et co-fondateur de Stimunity. Il a montré que les virus, lorsqu'ils infectent des cellules saines, peuvent encapsuler une molécule qui agit comme un cheval de Troie et active les défenses du système immunitaire.

 

De la découverte d’un pilier de la réponse antivirale à Stimunity

Le point de départ à toute réponse innée est la protéine cGAS. Elle a pour mission de détecter la présence de virusdans les cellules. Après avoir repéré un virus, cGAS synthétise la protéine cGAMP. Le couple cGAS-cGAMP est le donneur d’alerte de la réponse antivirale : il prévient du danger les cellules non infectées, mais nécessaires à la réponse immunitaire. "Une fois synthétisée, cGAMP est empaquetée soit dans des capsules virales, soit dans des vésicules extracellulaires, décrit Nicolas Manel. Or, transporté par des particules virales, cGAMP délivre son message beaucoup plus efficacement aux cellules voulues. « Ainsi véhiculée jusqu’aux cellules dendritiques, cGAMP déclenche les réponses immunes.  « Le transport de cGAMP par des virus est un mécanisme de défense assez inattendu, observait l’immunologiste au moment de la découverte. Il ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques pour stimuler la réponse du système immunitaire lors de la vaccination antitumorale ». D’ailleurs cette découverte qui a donné lieu à deux publications majeures dans la revue scientifique Science a été protégée. « Cette découverte nous a donné l'idée d'utiliser une particule pseudo-virale et inoffensif (VLP) qui encapsule la molécule « cheval de Troie » et induit une réponse immunitaire très efficace contre les cellules tumorales. Ce fut le point de départ du projet », explique Nicolas Manel.

De la découverte à un médicament qui peut être utilisé chez l’homme, il y a énormément de chemin à parcourir. Voilà pourquoi nous avons décidé avec Nicolas Manel de joindre nos forces et de créer une start-up pour porter ce projet, explique Sylvain Carlioz, co-fondateur et dirigeant de Stimunity. 

Le projet a été soutenu depuis le début par la Direction de la Valorisation et des Partenariats industriels de l'Institut Curie. Le contrat de licence s'accompagne d'un accord de recherche partenariale entre Stimunity et le laboratoire de Nicolas Manel. Il permettra à la société de finaliser la validation du mécanisme d'action du médicament, une étape nécessaire pour convaincre les investisseurs privés de mener un premier tour d’investissement de 2 à 5 M €. Ce financement couvrira la fabrication du produit thérapeutique aux normes GMP et les études d’efficacité sur des modèles précliniques, deux éléments nécessaires avant que de pouvoir entrer en essais cliniques d'ici début 2019.

En savoir plus
immunothérapie
Immunothérapie

Depuis quelques années, un nouveau type de traitement, l’immunothérapie, change totalement la donne. Il consiste à…