Actualité - Octobre rose

Une nouvelle perspective thérapeutique pour des cancers du sein métastatiques

Valérie Devillaine
11/09/2020
Partager
Elisabetta Marangoni publie dans Nature communications une découverte prometteuse pour la prise en charge de cancers du sein métastatiques, résistants aux traitements hormonaux et à d’autres traitements (inhibiteurs du cycle), et elle développe par là-même un nouvel outil de recherche particulièrement innovant.
Elisabetta Marangoni

Les cancers du sein dits ER+ (estrogen receptor positive), qui possèdent des récepteurs aux hormones féminines de la famille des oestrogènes, sont de loin les plus fréquentes des tumeurs mammaires : environ 80 % des cancers du sein. En général, grâce à ces récepteurs, ils peuvent bénéficier de traitements hormonaux efficaces, mais certaines femmes présentent malheureusement des résistances à ces médicaments. Elles peuvent alors être victimes de rechutes, souvent avec des métastases osseuses, particulièrement douloureuses et encore plus difficiles à soigner. C’est pourquoi Elisabetta Marangoni, chercheuse à l’Institut Curie, a voulu étudier ces tumeurs particulières de plus près.

J’ai pu collaborer étroitement avec le chirurgien, les oncologues et les pathologistes qui prennent en charge ces patients pour l’accès au matériel tumoral 

explique-t-elle. Avec son équipe, ils ont ainsi été les premiers au monde à réussir à concevoir des modèles précliniques de métastases osseuses de ces cancers. Des modèles qu’ils peuvent maintenant étudier et multiplier en laboratoire et sur lesquels ils peuvent tester des médicaments.

C’est ainsi qu’Elisabetta Marangoni a mis en évidence qu’une enzyme appelée PLK1, déjà bien connue pour son implication dans la prolifération des cellules, était particulièrement abondante dans ces métastases résistantes aux traitements. Elle a alors testé un inhibiteur de PLK1 sur ces modèles et constaté une régression des tumeurs allant jusqu’à la disparition complète dans certains cas. Fait important, l’inhibiteur de PLK1 est très efficace également dans des tumeurs avec une résistance acquise au palbociclib, un inhibiteur du cycle cellulaire récemment approuvé pour le traitement des cancers du sein métastatiques.

Cellule Publi Elisabetta

Grâce aux échanges constants entre l’hôpital et le centre de recherche de l’Institut Curie, un essai clinique devrait bientôt se mettre en place afin que les patientes puissent bénéficier au plus vite de cette nouvelle stratégie thérapeutique prometteuse.

Pour aller plus loin
L'immunothérapie sur tous les fronts