Consultation-Wulfran-Cacheux

Trois questions au Dr Wulfran Cacheux, oncologue et gastro-entérologue

Mathilde Regnault
25/03/2017
Partager
Le Dr Wulfran Cacheux est oncologue digestif, responsable de la prise en charge des cancers digestifs sur le site de Saint-Cloud de l’Institut Curie et à Ambroise-Paré. Il revient sur les points forts de l’Institut Curie dans le traitement des cancers digestifs et sur les espoirs apportés par les nouveaux traitements.

Quelles sont les pathologies tumorales digestives prises en charge à l’Institut Curie ?

Les équipes médicales prennent en charge l'ensemble des tumeurs digestives. L’Institut Curie est aussi un centre spécialisé dans la prise en charge de tumeurs rares comme les tumeurs du canal anal dont le traitement de référence est la radiochimiothérapie, les tumeurs neuroendocrines, les GIST (tumeurs stromales gastro-intestinales) ainsi que les formes avancées et surtout métastatiques des cancers digestifs.

 

A l’été 2015, l’hôpital René Huguenin - Institut Curie s’est allié à l’hôpital Ambroise-Paré pour proposer un parcours de prise en charge commun. Quels sont les avantages de ce partenariat pour les patients ?

Ils vont ainsi pouvoir bénéficier des techniques les plus innovantes dans tous les domaines. Le centre hospitalier Ambroise-Paré est à la pointe technologique des traitements chirurgicaux, tandis que l’Institut Curie propose les modalités thérapeutiques anti-tumorales (chimiothérapies, biothérapies et radiothérapie) les plus innovantes. Les patients peuvent donc bénéficier de la plus grande expertise au sein de chaque institution.

Par ailleurs, les médecins des deux établissements travaillaient déjà quotidiennement ensemble et la collaboration se passe donc de manière optimale avec la mise en place d'un circuit patient fluide. Et puis les deux hôpitaux sont très proches géographiquement, ce qui évite ainsi toute complication en termes d’organisation pour le patient.

 

Quelles sont les avancées récentes pour les patients atteints de cancers digestifs ?

Comme pour beaucoup d’autres cancers, notamment ceux de stade avancé, l’immunothérapie est la nouvelle voie thérapeutique véritablement porteuse d’espoir. Cela vaut notamment pour les cancers de l’estomac, du canal anal et pour certaines formes de cancer colorectal génétiquement plus instables De nouveaux traitements prometteurs sont également disponibles pour les cancers de l’estomac et du pancréas. Ils ont obtenu l’AMM mais les médicaments ne sont pas encore remboursés dans le cadre de la T2A.