AIDEZ-NOUS A FINANCER L'INNOVATION CONTRE LE CANCER

Vanessa Bougeard
30/03/2017
Partager
L'INSTITUT CURIE LANCE UN PROGRAMME ESSENTIEL ET AMBITIEUX, POUR LESQUELS VOTRE APPUI EST INDISPENSABLE.

ENSEMBLE, FINANÇONS LES GRANDS PROGRAMMES D'INNOVATION DE L'INSTITUT CURIE
La recherche au bénéfice des patients

Vers des RADIOTHERAPIES de haute précision

Née des découvertes de Marie Curie, la radiothérapie n’a cessé de bénéficier de progrès technologiques. 50% des Français souffrant d’un cancer sont traités par radiothérapie. Bien qu’elle soit de plus en plus précise, il reste encore de nombreux défis à relever pour en augmenter l’efficacité tout en limitant son impact sur les tissus sains.

Radiothérapie, page IFI

 

Soigner plus de patients par radiothérapie tout en évitant les
séquelles est une priorité que s’est fixée l’Institut Curie.

Combiner les approches innovantes
La combinaison de traitements se révèle être une des nouvelles armes pour lutter plus efficacement contre la maladie. Il a récemment été démontré que l’association de la radiothérapie et de molécules radiosensibilsantes, les Dbaits, augmentait l’efficacité de la radiothérapie. Des résultats cliniques très prometteurs ont pu être observés chez des patients atteints de mélanome avec un taux de réponse 4 fois supérieur au traitement par radiothérapie seule. Une association complémentaire avec l’immunothérapie fonctionnerait
comme un cercle vertueux : la radiothérapie induit la mort des cellules tumorales, les Dbait amplifient l’effet de l’irradiation, l’immunothérapie  augmente la capacité du système immunitaire à reconnaître les cellules tumorales et les détruire. Pour aller plus loin dans ces approches, il est essentiel de comprendre les mécanismes biologiques en jeu. C’est ce sur quoi travaillent chaque jour les chercheurs en radiobiologie de l’Institut Curie pour comprendre la résistance de certaines tumeurs et augmenter l’efficacité de la radiothérapie.

Dans le cadre du projet d’avenir MC21, l’Institut Curie construira une plateforme translationnelle de radiothérapie expérimentale et un laboratoire d’investigation pré-clinique. Elle rassemblera des installations de haute technicité et les expertises médicales, biologiques et physiques pour mesurer et comparer les effets de différents types de rayonnements. Elle permettra de faciliter les expérimentations avec les faisceaux de protons et les interactions entre médecins et chercheurs.

  • COÛT DE LA PLATEFORME RADEXP : 5 200 000 €

Se doter des ÉQUIPEMENTS les plus performants

Acquérir les équipements les plus pointus est une nécessité pour prendre le cancer de vitesse.

CRISPR/Cas9, page IFI

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas9
Ces dernières années ont été marquées par l’émergence de nouvelles technologies de criblage du génome, essentiel à la compréhension des mutations génétiques en jeu dans le développement des cancers. Conscient des enjeux majeurs qui entourent le criblage génétique, l’Institut Curie l’a placé au coeur de sa politique de recherche en se dotant de la première plateforme de criblage génétique d’Ile de France, CRISPRit, et de la dernière technologie en date, le système CRISPR/Cas9, qui permet, par sa grande flexibilité, d’introduire des mutations sur l’ensemble des gènes connus afin d’en observer les conséquences. CRISPR-Cas9 fonctionne comme une paire de ciseaux capable de couper précisément le génome sur une partie d’un brin d’ADN. Pour quoi faire ? Pour supprimer la fonction d’un gène ou remplacer un gène défectueux par un gène sain.

 

Les avancées attendues :

Que ce soit pour étudier les mécanismes de résistance aux traitements ou les mutations fréquemment retrouvées dans les cancers, le potentiel de recherche est immense. Et les espoirs nombreux pour mettre au point des traitements pour réparer les parties de l’ADN en cause dans le développement du cancer. Les biologistes ont désormais la capacité d’introduire tous types de modifications génétiques dans une cellule et bientôt, à l’Institut Curie, dans des systèmes de culture en 3D qui reproduisent l’architecture de la tumeur. Le CRISPR/Cas9
est devenu un outil central dans de nombreux programmes de recherche en biologie et les perspectives d’application en cancérologie sont immenses.

Des applications en immunothérapie sont aussi en cours de développement. Des lymphocytes T prélevés sur le patient sont modifiés
génétiquement pour exprimer un récepteur chimérique programmé à reconnaître un marqueur tumoral (cellules CAR T) et détruire
ainsi les cellules malades.

  • COÛT ANNUEL DE LA PLATEFORME DE CRIBLAGE GÉNÉTIQUE CRISPIT  : 400 000 €

Mobiliser LES MEILLEURS TALENTS face au cancer

L’Institut Curie se dote des compétences les plus pointues face au cancer afin d’accélérer les progrès face la maladie.

Comprendre comment les cellules malignes se faufilent à travers le corps pour former une cellule métastatique est un enjeu majeur pour le traitement des cancers. C’est une question à laquelle s’attelle la post-doctorante Patricia Davidson, spécialiste de la microfluidique.
Au sein de l’équipe Biomimétisme du mouvement cellulaire, elle explore, grâce aux nouvelles technologies, comment les cellules métastatiques se déforment pour franchir les obstacles et se disséminer dans l’organisme. Pour observer le déplacement des cellules, Patricia Davidson a mis sur pied un système innovant de puces microfluidiques, sortes de micro-labyrinthes qui reproduisent l’environnement proche des cellules, comme par exemple les vaisseaux sanguins.

Une collaboration pluridisciplinaire

Après avoir mis en évidence que les cellules métastatiques parviennent à se faufiler à travers des passages étroits plus facilement que les cellules tumorales, c’est grâce à un PIC 3i, programme de recherche financé par la générosité du public favorisant les échanges entre
chercheurs de différentes disciplines et médecins, que Patricia Davidson poursuit ses travaux. L’enjeu étant à présent de comprendre pourquoi les cellules métastatiques arrivent mieux à se déformer pour passer. En collaboration avec des chercheurs de l’équipe du chirurgien-chercheur Fabien Reyal, elle étudie donc la migration de cellules cancéreuses à travers ses micro-labyrinthes. Les résultats préliminaires indiquent que les cellules issues de métastases (poumon, ganglions) déforment leurs noyaux plus facilement que les cellules issues de la tumeur primaire (sein). Une piste prometteuse pour la mise au point de nouvelles molécules empêchant les cellules tumorales de déformer leur noyau et donc leur dissémination vers d’autres organes.

  • COUT ANNUEL DU PIC 3I : 150 000 €

Patricia Davidson, page IFI

 

J’espère que dans un futur proche mes recherches pourront mener à des thérapies pour limiter la formation des métastases, qui est un défi majeur de la recherche contre le cancer.

Votre soutien est INDISPENSABLE pour relever les défis de la médecine personnalisée contre le cancer.