Comprendre comment la radiothérapie tue les cellules

Valérie Devillaine
26/03/2019
Partager
Grâce à un financement important, chercheurs de l’Institut Curie et du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) vont allier leurs efforts et leurs compétences pour mieux comprendre comment les rayonnements ionisants affectent les cellules.
Huang

La ferroptose est un mécanisme de mort cellulaire récemment découvert : la cellule est conduite à la mort par une oxydation des lipides de sa membrane. On sait par ailleurs que les rayons ionisants ont un effet similaire sur les lipides des membranes des cellules. C’est pourquoi on les utilise dans le cadre des radiothérapies pour détruire les cellules cancéreuses. Mais la toxicité des rayons passe-t-elle par ce mécanisme précis de ferroptose ?

Grâce au financement d’un PIC3i, et en collaboration avec Michel Toledano et ses collègues du CEA, l’équipe de Meng-Er Huang, médecin-chercheur à l’Institut Curie, va s’efforcer de le découvrir. Les scientifiques chercheront aussi à en savoir plus sur les enzymes et autres molécules impliquées dans la ferroptose, afin de créer des conditions pour détruire les cellules cancéreuses plus efficacement et sélectivement par les rayonnements ionisants. Ils testeront également le rôle d’un gaz, le sulfure d’hydrogène, ou H2S. Ce gaz est connu pour être toxique quand il est respiré à forte dose, mais il est aussi naturellement produit dans nos cellules où il joue un rôle de régulateur de nombreux phénomènes physiologiques. Il pourrait notamment avoir un effet protecteur contre ce qu’on appelle le stress oxydatif, donc contre les effets des rayonnements ionisants. Les chercheurs veulent le vérifier et, le cas échéant, en comprendre le mécanisme.

Les PIC3I

Ce projet fait partie des programmes incitatifs et collaboratifs 3i (PIC3i) entièrement financés par la générosité du public : ils visent à encourager l’émergence de programmes innovants, en se basant sur un « mix » original entre spécialistes de tous horizons. Biologistes cellulaires, biophysiciens, chimistes, biochimistes, généticiens, physiciens théoriques, bio-informaticiens et médecins.