Création de l’Institut du thorax Curie-Montsouris

Catherine Goupillon
12/09/2017
Partager
La création de ce pôle médico-chirurgical dédié aux maladies thoraciques entre l’Institut Curie et l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM) va permettre d’améliorer le parcours du patient pour une meilleure qualité des soins et un accès soutenu à l’innovation.
Nicolas Girard

« Avec la création de l’Institut du Thorax, nous offrons à tous les patients l’accès  à un bilan spécialisé permettant un diagnostic rapide, et proposons les traitements les plus innovants dans une approche globale adaptée à chaque patient. Cette expertise pluridisciplinaire et la personnalisation de la prise en charge sont au cœur de la mise en place de notre Institut », explique le Pr Nicolas Girard, Responsable de l’Institut du Thorax Curie-Montsouris.

Un pôle d’excellence dédié aux pathologies thoraciques à Paris

Après une collaboration de longue date et la mise en place d’une filière de soins en 2013, les deux institutions ont souhaité franchir une nouvelle étape et créer un institut regroupant toutes les compétences et expertises nécessaires à la prise en charge globale de l’ensemble des pathologies du thorax : en premier lieu le cancer du poumon et les autres tumeurs thoraciques comme le mésothéliome ou les tumeurs du thymus, mais aussi les pneumopathies infectieuses et inflammatoires, et les complications pulmonaires des traitements anticancéreux, dont les immunothérapies.

Ce nouvel institut permet d’optimiser le parcours du patient et de lui offrir une prise en charge adaptée, humaine, rapide et performante.

Un numéro de téléphone unique pour la prise de rendez-vous est mis en place.

Jusqu’à présent environ 1 400 patients étaient pris en charge annuellement par les deux instituts. L’Institut du Thorax a pour ambition de prendre en charge 2 000 patients par an d’ici 5 ans.

L’Institut du thorax Curie-Montsouris assure une prise en charge multidisciplinaire et globale des patients présentant une pathologie du thorax : dépistage, diagnostic, traitement et suivi. Il permet aux patients de bénéficier de l’environnement médical des deux structures : médecine interne, cardiologie, soins de support… assurant la continuité du parcours de soins et une prise en charge globale de tous les patients.

L’Institut du Thorax s’appuie sur un plateau technique de pointe, mettant à disposition les expertises d’imagerie médicale, de biopathologie, de radiothérapie, de façon intégrée pour développer des stratégies de traitement optimisées.

Il a également pour vocation de proposer aux malades les innovations thérapeutiques et de participer à la recherche sur les pathologies du thorax.

Sa création répond à une logique de soins et d’efficacité souhaitée par les autorités de santé. Il est en particulier un centre d'excellence dans la prise en charge des patients atteints d'une tumeur du thorax qui répond aux objectifs fixés par le plan cancer 2014-2019.

Un parcours patient complet et structuré, et un accès privilégié à l’innovation

Les traitements des cancers du poumon[1], mais aussi des autres tumeurs du thorax deviennent de plus en plus personnalisés et nécessitent l'expertise d'une équipe pluridisciplinaire : dépistage, diagnostic précoce, traitements (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie), essais cliniques, bilans, suivi.

Le cancer du poumon est une maladie qui a bénéficié des innovations les plus déterminantes ces dernières années : techniques chirurgicales mini-invasives, radiothérapie stéréotaxique, thérapies ciblées, et plus récemment immunothérapie. A cela, il faut ajouter les progrès en cancérologie générale : nouvelles techniques de prélèvements endoscopiques ou guidées par l’imagerie, biopsies liquides, séquençage à haut débit.

L’Institut du Thorax dispose de l’ensemble de ces possibilités avec une ouverture vers la recherche translationnelle, indispensable à l’innovation thérapeutique, qui repose sur un centre de ressources biologiques partagé. La recherche clinique, qui nécessite une masse critique de malades, est au cœur du projet avec la possibilité d’accéder aux essais précoces pour un plus grand nombre de patients susceptible de bénéficier rapidement des traitements les plus innovants.

 

[1] Le cancer du poumon se situe au 4e rang en fréquence, avec 40 000 nouveaux cas par an, mais au premier rang en mortalité, avec 30 000 morts chaque année en France. En décroissance chez les hommes, il est en progression constante chez les femmes : le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année a été multiplié par 7 en 30 ans. Le tabac est de loin le premier facteur de risque de ce cancer.

Communiqué de presse