Journée internationale des infirmières et infirmiers du 12 mai : Des expert(e)s hautement qualifié(e)s au service de l’humain

Service de presse
09/05/2022
Partager
Les infirmières et infirmiers représentent 45 % du personnel soignant de l’Institut Curie. A l’approche de la Journée internationale des infirmières et des infirmiers du 12 mai prochain : coup de projecteur sur les professionnel(le)s de l’Institut Curie.
Infirmière 2

 « Grâce aux nombreux progrès réalisés en cancérologie, les soins sont devenus très techniques. C’est pourquoi les infirmières et infirmiers, au-delà de leurs multiples compétences, sont un soutien essentiel pour nos patients et contribuent à humaniser les relations que nous avons avec eux. Ces qualités ô combien précieuses se sont encore plus révélées au cours de ces derniers mois » déclare Sylvie Arnaud, directrice des soins de l’Institut Curie.

Des professionnels de haut niveau au cœur de la relation soigné-soignant

L'Institut Curie encourage ses 400 infirmières et infirmiers (IP, IADE, IBODE, IPA), auxquels s’ajoutent près de 200 élèves-infirmiers, à participer au développement des pratiques innovantes et aux progrès de la prise en charge des patients en cancérologie. C’est le cas à travers les formations organisées par l’Institut qui permettent aux infirmières d’acquérir les compétences et l’expertise requises pour assurer les consultations.

Alerte journée infirmière 2022

Recruter toujours plus de nouveaux talents pour maintenir une qualité de soins inégalée

« Plus que jamais, je veux saluer le professionnalisme et les qualités humaines dont font preuve les infirmières et infirmiers de l’Institut Curie. Aujourd’hui, après deux ans de crise sanitaire, nous manquons de personnel infirmier. Il devient urgent d’aller encore plus loin pour susciter l’intérêt des jeunes pour cette profession de santé de plus en plus technique et valoriser ce métier au cœur de la prise en charge des patients atteints de cancer. Depuis mon arrivée, nous avons renforcé nos propositions et évoqué sans tabou toutes les questions autour de l’attractivité », déclare le Pr Steven Le Gouill, directeur de l’Ensemble hospitalier de l’Institut Curie.

Depuis deux ans, la situation sanitaire a bouleversé l’activité hospitalière à tous les niveaux. L’intégralité des services ont été impactés et se sont adaptés aux contraintes. Or, la crise met également en lumière le sous-effectif de personnel infirmier lié à des difficultés de recrutement au sein de l’Institut Curie, tout comme dans l’ensemble des établissements de santé franciliens, eu égard au nombre insuffisant de jeunes diplômé(e)s en soins infirmiers.

Afin de pallier cette dynamique, l’Institut Curie poursuit ses objectifs prioritaires visant à donner de nouvelles perspectives d’attractivité aux carrières (parcours professionnels, dispositif de cooptation, promotion continue de la démarche qualité de vie au travail...), accompagner les équipes en place mais aussi développer une politique de fidélisation de ses personnels.

« Nous accompagnons, en toute bienveillance, les nouveaux professionnels, dans le respect des valeurs de l’Institut Curie, et nous leur proposons des parcours qui sont adaptés à leurs compétences », conclut Sylvie Arnaud.

Primordiales dans la prise en charge des patients, les consultations infirmières interviennent après l'annonce par les médecins du diagnostic ou du plan de traitement (chirurgie, chimiothérapies, thérapies ciblées…). Les infirmières de consultation jouent un rôle essentiel d’écoute, de pédagogie, d’explications. Elles apportent des conseils adaptés et individualisés indispensables pour la vie des patients au quotidien (soutien psychologique, accompagnement diététique, entourage familial et amical, exercice professionnel, associations, réseaux…).

« Nous sommes régulièrement formées par les médecins de l’Ensemble hospitalier dans notre service. C’est un vrai plus pour mieux accompagner les patients et mieux connaître l’équipe médicale », déclare Nathalie Estibal, infirmière à l’Institut Curie à Paris (Plateforme des consultations et des pansements, prélèvements et ponctions).

Clélia Dufour est infirmière de bloc opératoire, technicienne perfusionniste.
Associer technologie, chirurgie et anatomie, c’est ce qui a motivé Clélia Dufour à devenir technicienne perfusionniste sur la technique d’ILP (perfusion isolée des membres). Elle se félicite d’apporter cette nouvelle expertise à l’Institut Curie. Grâce à une machine de circulation extracorporelle, cette technique permet de faire circuler une forte dose de chimiothérapie ainsi qu’un puissant produit vasodilatateur directement dans un membre atteint d’un sarcome, afin que le médicament imprègne localement la tumeur. Grâce à sa récente formation, Clélia maîtrise la machine complexe qui permet cette procédure.

Ce type de traitement est peu pratiqué en France car il nécessite une grande technicité et de nombreuses accréditations. Clélia va maintenant former d’autres infirmiers et infirmières du bloc opératoire à cette pratique.

Le nouveau métier d’infirmiers de pratique avancée (IPA)

La profession d’IPA est officiellement reconnue et légalement cadrée en France depuis 2018. A l’interface des exercices infirmiers et médicaux, elle accorde aux soignants des missions élargies et apporte aux équipes des établissements de santé comme l’Institut Curie des expertises spécifiques et complémentaires précieuses pour améliorer la prise en charge, le suivi et le parcours de soins des patients...

« La pratique avancée nous permet de gagner en expertise et en autonomie tout en travaillant en équipe pluridisciplinaire », déclare Marguerite Nicodème, IPA à l’unité de recherche plaies et cicatrisation de l’hôpital parisien de l’Institut Curie.

Claire Llambrich-Molines quant à elle met en œuvre une grande partie des missions cliniques de la pratique avancée en oncologie thoracique : « je réalise entre autre des consultations avec auscultation, interprétation des bilans sanguins, diagnostic, renouvellement des ordonnances, prescription des immunothérapies et suivi de la réponse au traitement ».

Nicolas Garant, lui, travaille en hôpital de jour en hématologie adulte. Il bénéficie d’une longue expérience de coordination et de pratique avancée sur le site de Saint-Cloud : « L’IPA peut avoir une vision globale et anticipatrice du parcours de soins du patient qui contribue à sa sécurisation. Nous jouons donc un rôle important dans la prise en charge, complémentaire à celui du médecin ».

David Rousseff, infirmier à l’Institut Curie, est président fondateur de l’Association François-Giraud créée en 2015 pour venir en aide aux personnes sourdes atteintes d’un cancer. Lui-même sourd, David Rousseff travaille depuis 2004 à l’Institut Curie, à Saint-Cloud, en tant qu’infirmier. A mi‑temps, il consacre beaucoup de son temps à l’Association qu’il a créée pour informer, accompagner et améliorer l’accès des personnes sourdes au monde médical.

En savoir plus sur les infirmières de consultations de l’Institut Curie

Les infirmières et infirmiers de l’Institut Curie à l’honneur : des portraits à découvrir

L'Institut Curie recrute et est en permanence à la recherche de nouveaux talents !