La recherche clinique à l’Institut Curie

Céline Giustranti
22/03/2017
Partager
La recherche clinique est une priorité pour l’Institut Curie : près d’un patient sur cinq est inclus dans une étude clinique interventionnelle. L’Institut Curie est d’ailleurs largement reconnu comme l’illustrent ses nombreux labels dans ce domaine.
Pharmacie
Aller directement à la section

Innover ne suffit pas. Il faut que les progrès médicaux bénéficient au plus grand nombre de patients. Pour que chacun puisse accéder aux avancées de la recherche, l’Institut Curie a fait de la recherche clinique une priorité : radiothérapie, oncogénétique, chirurgie, chimiothérapie, thérapie ciblée, immunothérapie, imagerie, soins de support... tous les pans de la prise en charge font l’objet de recherche clinique.

Depuis toujours, la recherche clinique occupe une place majeure à l’Institut Curie. L’institut est d'ailleurs reconnu pour ses capacités d’innovation et d’application des progrès scientifiques au chevet du patient et dispose de nombreux labels à l’appui :

  • label « direction de la recherche clinique et de l’innovation (DRCI) », délivré par le ministère de la Santé, pour ses activités de promotion d’essais cliniques ;
  • label « Centre de Recherche clinique (CRC) », également délivré par le ministère, pour ses activités d’investigation ;
  • label « Centre d’essais cliniques de phase précoce (CLIP²) » de l'INCa pour les essais de phases précoces, chez l’adulte et chez l’enfant ;
  • label SiRIC, site de recherche intégré sur le cancer, également sous l’égide de l’INCa.

 

A Paris et à Saint-Cloud, l’institut dispose d’une unité d’investigation clinique (UIC) dédiée aux essais médicamenteux précoces. Evaluer de nouveaux traitements en phase précoce comme de nouvelles thérapies ciblées ou des stratégies d’immunothérapie demande une surveillance très rapprochée et la réalisation d’examens complémentaires. Cela nécessite souvent un travail pluridisciplinaire entre les disciplines thérapeutiques oncologiques (oncologie médicale ou pédiatrique, radiothérapie, chirurgie), les disciplines médicales transversales (anesthésie-réanimation, soins de support, psycho-oncologie), les soins infirmiers, les laboratoires d’anatomopathologie, de génétique, ou encore d’immunologie, l’imagerie (radiologie, médecine nucléaire), la pharmacologie et la pharmacie.

 

La recherche clinique, une démarche collaborative

Tous les médecins de l’institut s’inscrivent dans cette démarche et des infirmières de recherche clinique les accompagnent pour assurer un suivi optimal des patients. Les professions paramédicales, (infirmières,  physiciens médicaux...),  sont non seulement des maillons essentiels de l’amélioration de la qualité des soins, du confort et du bien-être des patients, pour garantir la sécurité des patients au cours des essais cliniques mais développent également leurs propres recherches.  Soignants et chercheurs ne sont pas les seuls acteurs de la recherche clinique. A leurs côtés, les biostatisticiens conçoivent la méthodologie des essais cliniques et analysent l’important flot de données collectées au niveau des bases de données grâce aux data managers, les chefs de projets participent à l’élaboration des études et leur suivi budgétaire et les attachés de recherche clinique collaborent au recueil des données et au suivi des protocoles de recherche.

Les protocoles de recherche sont conçus par des groupes d’experts et validés par des instances indépendantes. Des représentants de toutes disciplines évaluent ainsi les aspects scientifiques – implication des disciplines concernées, méthodologie - mais également logistiques - budget, besoins en assistants de recherche clinique, etc. – des projets de recherche menés par l’Institut Curie seul ou en partenariat avec d’autres centres français ou internationaux.

 

Plusieurs essais d’envergure menés à l’Institut Curie…

Il existe des essais cliniques à promotion industrielle et des essais cliniques à promotion académique : Quel que soit le type d’essai, les soignants de l’Institut Curie peuvent soit participer en incluant les patients répondant aux critères d’inclusion, soit coordonner l’essai. Quand un médecin de l’Institut Curie est promoteur d’un essai, il est responsable de l’élaboration de l’étude, de l’établissement de son budget, la collecte des fonds nécessaires pour le mener à terme, de la conduite de l’étude à l’Institut Curie et dans les centres partenaires, en respectant les Bonnes Pratiques Cliniques, l’analyse des données et leur communication et publication.

Plusieurs essais cliniques sont actuellement coordonnés par des médecins de l’Institut Curie. Ils couvrent des champs allant de l’immunothérapie, au développement de nouvelles thérapies ciblées (SHIVA02), aux innovations en radiothérapie comme par exemple des nanoparticules activées par radiothérapie...

Pour donner accès aux soins les plus innovants à ces patients, l’Institut Curie souhaite encore renforcer son implication dans les essais précoces. En effet les nouvelles connaissances sur les anomalies moléculaires et immunologiques des cancers ont amené à un véritable changement de paradigme dans l’approche thérapeutique. Les traitements ne dépendent plus seulement de la localisation de la tumeur, de son extension…mais aussi, et parfois surtout, de son profil moléculaire  identifié sur des plateformes biologiques complexes qui bénéficient grandement de la proximité des chercheurs. C’est cette nouvelle dimension qui doit être investiguée dans le cadre d’essais cliniques précoces afin de faire bénéficier les patients au plus tôt de ces avancées fondamentales.

 

Recherche clinique en pédiatrie

A l’Institut Curie, de nombreux essais concernent les cancers pédiatriques. Ce sont des maladies rares. L’objectif des essais cliniques est double : ils visent à améliorer encore les taux de guérison, en particulier des maladies les moins bien contrôlées aujourd’hui, mais aussi à limiter les effets secondaires et les séquelles à long terme de la maladie et des traitements chez les adultes traités d’un cancer dans l’enfance