Relations industrielles : L'Institut Roche et l'Institut Curie signent un accord-cadre pour 3 ans

Catherine Goupillon
11/07/2017
Partager
L’Institut Curie et l’Institut Roche souhaitent accélérer la mise en oeuvre de programmes de collaboration scientifiques contribuant à une meilleure compréhension des cancers et à l’amélioration de leur traitement, notamment en immuno-oncologie, en médecine personnalisée en onco-pédiatrie et en épigénétique.
laboratoire-recherche

L'Institut Curie et Roche collaborent depuis 2007, date du premier partenariat de recherche préclinique d'envergure, qui visait à mieux comprendre le mécanisme d'action d'un anticorps de Roche, premier représentant d'une nouvelle classe thérapeutique, dans des formes de cancer du sein particulièrement agressives et pour lesquelles les traitements disponibles s’avéraient peu efficaces.

Depuis, d’autres projets de recherche translationnelle ont été menés et ont permis de tisser un lien scientifique très fort entre l’Institut Curie et les centres de Recherche du Groupe Roche (gRED et pRED). Cet accord-cadre, qui vient d’être signé pour une durée de 3 ans, s’inscrit dans le prolongement de plus de 10 années de collaboration scientifique réussie.

« Un tel accord facilite et accélère la mise en oeuvre opérationnelle des programmes scientifiques menés en partenariat, permettant des interactions étroites entre les équipes R&D de Roche et les équipes de l’Institut Curie. Les collaborations pourront notamment se traduire par la mise en place de projets de recherche en partenariat ou de formations » souligne Amaury Martin, Directeur Valorisation et Partenariats Industriels de l’Institut Curie et Directeur de l’Institut Carnot Curie Cancer.

« L’Institut Curie est un acteur incontournable de la recherche en oncologie et Roche est le pionnier de la médecine personnalisée. Notre ambition commune est d’innover pour faire progresser la lutte contre le cancer. Aujourd’hui, le périmètre de la collaboration porte plus particulièrement sur l’immuno-oncologie. Grâce à la meilleure compréhension de la biologie des cancers et des mécanismes de l’immunité antitumorale, les projets de recherche initiés dans l’accord-cadre visent à optimiser le développement de nouveaux traitements pour permettre à un plus grand nombre de patients de bénéficier de l’immunothérapie », indique Patrice Denèfle, Directeur de l’Institut Roche.

Communiqué de presse