Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Le Prix Any-d’Avray pour une réalisation initiée à l’Institut Curie

Hélène Mauri, bénévole d’action de ASP-Fondatrice, remporte pour son projet S’il n’y avait qu’une image le Prix Spécial Infirmier Any-d’Avray 2016.

Le Prix Any-d’Avray pour une réalisation initiée à l’Institut Curie

"S’il n’y avait qu’une image…" C’est la question que pose depuis mars 2015 Hélène Mauri à certains patients hospitalisés en service d’oncologie, notamment en soins palliatifs à l’Institut Curie. Cette jeune infirmière est photographe et bénévole d’action de l’association ASP-Fondatrice, qui milite pour le développement des soins palliatifs. Depuis tout juste un an, elle rencontre ainsi des patients, se met à leur écoute avec une démarche inédite en leur demandant "quelle serait la photographie qu’ils aimeraient voir, avoir et qui leur ferait plaisir."

Ces personnes malades font souvent face à la fois à des douleurs physiques, psychologiques, parfois aussi spirituelles et culturelles. Elles ont la liberté de demander n’importe quelle photographie (paysage, portrait...). "Suite à cette demande, je propose d’aller faire cette photographie quelle qu’elle soit et où qu’elle soit, explique Hélène Mauri. Et je reviens leur offrir un tirage de cette image que nous accrochons souvent au mur de leur chambre d’hôpital ou disposons sur leur table de nuit." 

Au-delà de l’émotion procurée par la photo reçue, la nature de la photo varie d’un patient à l’autre. Selon leurs vécus, leurs cultures apportant diversité et richesse au projet : c’est en lien avec un souvenir, avec l’enfance, un repère du quotidien perdu, une image pour revoir quelque chose ou quelqu’un, pour échapper à l’isolement ou bien encore un substitutif à ce que les patients n’ont pas pu voir ou faire. "Le choix d’une seule image représente un retour à l’essentiel d’une photographie qui est réellement importante et qui a du sens pour eux", constate la jeune femme. "Cette forme d'accompagnement original associe écoute, engagement et art thérapie, poursuit le Dr Carole Bouleuc, chef du département de soins de support à l’Institut Curie. Pour les patients, c’est un soutien bienveillant, généreux, positif et… artistique." 

Au-delà de son côté novateur, "ce projet lumineux allie soins infirmiers et art photographique. Les photos sont magnifiques! L'écoute doit être parfaite pour arriver à ce résultat", reprend Sylvie Arnaud, directeur des Soins à l’Institut Curie. "A chacun de ses passages, Hélène apporte un bol d'air frais aux malades en les faisant voyager, réalisant leur rêves, simples et grands en même temps, poursuit Narayani Subramanian, cadre de soins au Département d'oncologie médicale. Elle ne réfléchit pas au temps consacré mais au plaisir qu'elle peut apporter. Son écoute est indéniable car ce qu'elle produit par la suite est incroyable avec le sourire et l'apaisement qu'elle leur a apportés."

Hélène Mauri vient une fois par semaine dans les services hospitaliers parisiens de l’Institut Curie. Les infirmières et aides-soignantes identifient les patients susceptibles de vouloir participer selon leur temps d’hospitalisation et leur état de santé. Une fois les souhaits recueillis, elle va – sur son temps encore libre – chercher l’emplacement pour prendre la photo demandée. Ses frais sont désormais couverts pour quelque temps par la dotation octroyée par la Fondation Dominique et Tom Alberici, qui va également lui permettre de publier un livre regroupant chaque image avec le prénom du patient, son âge et le texte de sa demande.

Le jury de la 22e édition du Prix Infirmier a reconnu la qualité de ce travail inédit et l’intimité qu’il suppose en lui décernant un prix Spécial. Créé en 1994, le Prix Infirmier Any-d’Avray récompense, encourage et soutient les projets utiles et innovants d’équipes infirmières, destinés à améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer. "S’il n’y avait qu’une image" est l’un des quatre projets récompensés le 19 mars 2016 aux côtés de celui de l’infirmière Louise Massing-Flouet, du Département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, lors des Rencontres infirmières en oncologie.

"Le patient peut s'évader via sa photo et donc prendre un peu de distance par rapport à son contexte de maladie ou reboucler sur sa vie...", conclut Sylvie Arnaud. 

 

Ci-dessous, la demande de Marie, 69 ans

 

 

 

En savoir plus

Le site du Prix Any-d'Avray
Les sites de photographie de Hélène Mauri
www.helene-mauri.com

www.pointsdefuite.net
L’association ASP Fondatrice

Texte : Nathalie Oudar

Crédit photo : Hélène Mauri 

Mathilde Regnault
21/03/2016