Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

Cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus est tout à fait différent de celui du corps de l'utérus. Il représente encore 8 % des cancers chez les femmes et peut survenir à tout âge.

Cancer du col de l'utérus

 Le cancer du col de l'utérus touche la muqueuse ou l'épithélium de l'entrée de l'utérus. Il existe 2 formes de cancers du col de l'utérus:

  • le carcinome malpighien : cancer assez semblable aux cancers de la peau. Il s'agit de la forme la plus fréquente de cancer du col de l'utérus.
  • l'adénocarcinome : cancer glandulaire développé à l'intérieur du canal qui mène du vagin à la cavité utérine.

Facteurs de risque et dépistage

Les facteurs de risque dans les cancers du col de l'utérus sont les partenaires sexuels multiples et le tabagisme. Les relations sexuelles agissent en transmettant des virus commes les papilliomavirus ou l'herpès génital. Ceux-ci provoquent des infections qui peuvent favoriser les états pré-cancéreux. Ces états peuvent être dépistés par le frottis cervical qui est un test simple et indolore, pratiqué lors d'une simple consultation gynécologique. Le cancer proprement dit peut lui aussi être détecté à l'occasion d'un frottis.

Le cancer du col de l'utérus se manifeste habituellement par des saignements, souvent peu abondants, qui apparaissent en dehors des règles, lors des relations sexuelles.

Prévention

La pratique généralisée des frottis cervico-vaginaux devrait faire diminuer ce type de cancer en permettant un dépistage précoce et efficace des lésions pré-cancéreuses. Si cet examen était pratiqué régulièrement, le cancer du col de l'utérus deviendrait exceptionnel. Un frottis est préconisé une fois tous les trois ans pour les femmes âgées de 25 à 65 ans. Depuis 2004, le test de papilliomavirus, à l'origine de la plupart de ces cancers, est remboursé en cas de frottis incertain.

Une nouvelle arme est apparue : un vaccin contre ces papillomavirus humains (HPV). Cette stratégie de prévention est en place depuis 2013 en France via une vaccination anti-HPV. En effet, les papillomavirus humains entraînant une infection sexuellement transmissible constituent, 10 à 15 ans plus tard, la cause principale des cancers du col de l’utérus. Elle est aujourd’hui proposée aux jeunes filles à partir de l'âge de 11 ans et avant tous rapports sexuels. La vaccination contre certains HPV responsables de 70% des cancers du col de l’utérus doit être complétée à partir de 25 ans par le frottis.

Le dépistage par frottis reste ensuitec indispensable pour toutes, vaccinées ou non.