Partager Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur google+
-A +A

imprimer la page

De la tumeur initiale aux métastases : une multitude d’événements

De la tumeur initiale aux métastases : une multitude d’événements
© Eléonore Lamoglia/Institut Curie

Toutes issues d'une première cellule mutée, les cellules cancéreuses accumulent des lésions sur leur ADN au fil des divisions les rendant de plus en plus incontrôlées et incontrôlables. Elles échappent aux mécanismes qui contrôlent normalement le renouvellement des cellules dans l’organisme, et se mettent ainsi à proliférer, perdent leur spécialisation ou en acquièrent d’autres. Ces cellules forment alors une tumeur qui échappe au contrôle de l’organisme, et devient de plus en plus agressive pour ce dernier, au sens qu’elle monopolise de plus en plus de ressources, comme un parasite, et développe au détriment des tissus normaux environnants.

Plusieurs années peuvent s’écouler entre l’apparition des premières cellules anormales et celle d’une tumeur maligne. Ainsi, lorsqu’une tumeur cancéreuse du sein peut être décelée par palpation, sa taille est déjà d’au moins deux centimètres de diamètre, ce qui correspond à environ 10 milliards de cellules et une évolution datant de 5 à 10 ans.

Quand les cellules disséminent…

Certaines tumeurs cancéreuses ne vont pas arrêter leur progression à l’invasion du seul tissu d’origine. Ainsi, les cellules cancéreuses peuvent perdre leur capacité d’adhérence avec les cellules voisines. Elles acquièrent alors la capacité d’échapper au tissu originel puis d’envahir progressivement les tissus limitrophes jusqu’à ce qu’elles atteignent un vaisseau sanguin ou plus souvent lymphatique1. Elles se propagent ensuite dans l’ensemble de l’organisme. Seule une infime fraction de ces cellules tumorales « circulantes » parviendra à traverser à la paroi d’un capillaire pour ensuite envahir un nouveau tissu et donner naissance à une métastase.

Tant que les cellules restent groupées, la tumeur est considérée comme localisée. Une ablation chirurgicale conduit généralement à une guérison totale du patient. Mais lorsque les cellules acquièrent la capacité de disséminer dans l’organisme, la tumeur est alors considérée comme métastatique et son éradication rendue plus complexe.

1 vaisseau assurant l’élimination des déchets du système lymphatique et la circulation des globules blancs

Institut Curie
24/09/2013