Immunothérapie

Nathalie Amzallag, Emanuela Romano
22/03/2017
Partager
Depuis quelques années, un nouveau type de traitement, l’immunothérapie, change totalement la donne. Il consiste à utiliser notre système immunitaire pour traiter le cancer.
Traitement du cancer - Immunothérapie
Aller directement à la section

Qu’est-ce que l’immunothérapie ?

L’immunothérapie consiste à utiliser le système immunitaire pour éliminer les cellules cancéreuses, comme il le fait pour s’attaquer aux bactéries et aux virus. Ce traitement plutôt que de cibler directement les cellules cancéreuses, apprend au système immunitaire à les reconnaître et à les détruire. Ce type de traitement peut viser différentes cellules impliquées dans la réponse immunitaire.

L’immunothérapie qui recouvre plusieurs approches thérapeutiques, a rencontré de nombreux succès ces dernières années. Certaines immunothérapies sont déjà autorisées et d’autres sont en cours d’évaluation :

  • Les vaccins thérapeutiques contre le cancer : Les vaccins traditionnels activent spécifiquement le système immunitaire pour qu’il se défende contre les bactéries ou les virus. Les vaccins contre le cancer lui apprennent à s’attaquer aux cellules cancéreuses. Cet apprentissage consiste à présenter au système immunitaire une protéine localisée sur les tumeurs. Le seul vaccin homologué à ce jour traite les formes avancées de cancer de la prostate. D’autres sont à l’étude.

 

  • Débloquer le système immunitaire pour qu’il s’attaque aux cellules tumorales : C’est la stratégie qui a connu le plus grand développement ces dernières années. Tout est parti d’un constat : les cellules tumorales ont la capacité de contourner le système immunitaire en activant des éléments inhibiteurs de la réponse immune appelés « points de contrôle » ou « check-point » immunitaires. Il existe déjà plusieurs traitements à base d’anticorps capables d’empêcher l’action de ces check-points immunitaires et donc de débloquer le  « verrouillage » du système immunitaire pour lui permettre de rejeter les tumeurs. Ces traitements ont déjà fait leurs preuves dans plusieurs localisations tumorales, notamment entre autres les cancers du poumon, le mélanome, le cancer du rein. Malheureusement, aujourd’hui, la majorité des patients ne répondent pas à ces traitements et la recherche doit continuer pour augmenter le nombre de personnes pouvant bénéficier des immunothérapies. Certaines pistes sont déjà prometteuses et de nombreux essais sont en cours pour allonger la liste des cancers qui seront guéris grâce aux immunothérapies.  

 

La prise en charge et la recherche à l’Institut Curie

L’immunothérapie est une priorité pour l’Institut Curie qui héberge d’ailleurs le seul centre d’Immunothérapie des cancers en France à ce jour. Ce centre implique plusieurs intervenants: médecins, chercheurs, infirmières et coordonnatrices de recherche. Il comprend 20 places pour les patients dans l’Unité d’Investigation Clinique.

L’immunothérapie constitue une nouvelle arme de choix contre le cancer, au même titre que la chimiothérapie, la radiothérapie et les thérapies ciblées. Il est donc crucial d’approfondir les connaissances dans ce domaine, pour développer de nouveaux médicaments, savoir mieux les utiliser, les combiner aux autres traitements et en faire bénéficier le maximum de patients. Plusieurs essais cliniques sont actuellement en cours à l’Institut Curie : ils concernent différentes approches d’immunothérapie et plusieurs localisations tumorales. 

 

Les objectifs principaux du Centre d’Immunothérapie des cancers seront donc de :

Mettre en place des essais précoces et étudier des combinaisons de traitements qui pourraient

augmenter l’efficacité thérapeutique.

Découvrir de nouveaux biomarqueurs prédictifs.

Comprendre les mécanismes d’action des immunothérapies et pourquoi certains patients y répondent et d’autres pas.

 

L’une des priorités du Centre d’Immunothérapie des cancers sera également de développer les technologies d’ingénierie cellulaire et notamment une nouvelle génération de cellules appelées CAR-T (pour Chimeric Antigen Receptor ou récepteur antigénique chimérique). Le principe de cette approche consiste à modifier les lymphocytes T du patient de façon à les rendre capables de cibler et éliminer  les cellules tumorales. Alors que les technologies CAR-T traditionnelles ne peuvent traiter que les tumeurs liquides, celles étudiées dans le Centre d’Immunothérapie des cancers sont basées sur un autre principe, qui devrait lui confèrir la faculté de cibler aussi bien les tumeurs solides que liquides.

Infographie-Centre-immunothérapie