L’activité physique et sportive à l’Institut Curie

Béatrice Boistard
21/06/2019
Partager
Maintenir une activité physique pendant les traitements est bénéfique pour la santé, la condition physique, le moral et la qualité de vie. L’Institut Curie collabore avec des associations qui mettent en place des programmes adaptés aux aptitudes des patients.
Consultation-femme

Marche nordique, gymnastique, médiété, … Maintenir une activité physique adaptée permet d’améliorer l’état de santé, le moral, la qualité de vie. Elle réduit d’environ 25% le niveau de fatigue, seule thérapeutique (non médicamenteuse) aujourd’hui reconnue, améliore le sommeil et a un bon impact émotionnel et psychologique. L’activité physique permet aussi de réduire le stress, d’améliorer la concentration et les fonctions cognitives et de prévenir surpoids et obésité. Mieux pratiquer une activité physique régulière permet de mieux tolérer les traitements (diminution des effets secondaires, pour les douleurs neuropathiques ou douleurs articulaires) et d’améliorer la survie de plusieurs cancers.

Cette activité physique régulière contribue à une meilleure qualité de vie globale pendants les traitements. « L’activité physique au quotidien est un indicateur important pour la prise en charge médicale des patients et fait partie intégrante du repérage des besoins dans le parcours de soins. Il s’agit d’une thérapeutique non médicamenteuse justifiant ainsi de sa poursuite ou de sa mise en place pendant la maladie, explique Béatrice Boistard, Cadre Département Soins de Support et Chargée de missions Promotion de l’Activité Physique à l’Institut Curie. Aussi, il ne faut pas hésiter à en parler avec son médecin traitant et/ou son oncologue (chirurgien, radiothérapeute, chimiothérapeute) ainsi qu’avec l’équipe de soignants lors des entretiens infirmiers. »

 

Activité physique : de quoi parle-t-on ?

L’activité physique correspond par définition à tout mouvement corporel produit par contraction des muscles squelettiques entrainant une augmentation de la dépense énergétique par rapport à la dépense énergétique de repos. En somme, l’activité physique comprend l’activité sportive mais concerne également tous les mouvements de la vie courante et professionnelle, par exemple : marcher, jardiner, faire du ménage, faire mes courses, monter les escaliers, etc. Autrement dit, il s’agit de mener, dès le début les traitements, une vie active et de poursuivre, autant que l’on peut, ce que l’on aime faire.

 

Activité physique : quels repères ?

L’objectif des programmes d’activité physique pendant les traitements est de prévenir la survenue de la sédentarité et la diminution de niveau d’activité physique dès le début de la prise en charge. Aussi, il est recommandé de :
- limiter et rompre (toutes les 2 heures) les temps de sédentarité (périodes prolongées passées en position allongée ou assise, déplacements en voiture en tant que passager, la lecture ou l’écriture en position assise, la position assise en regardant la télévision, le travail de bureau sur ordinateur, etc.)
–les entrecouper avec des phases courtes d’activité de quelques minutes : se lever, se déplacer, etc.
- reprendre un comportement actif dès que possible dans les suites de la chirurgie (sauf contre-indication médicale)- démarrer ou maintenir un mode de vie actif adaptée pendant la radiothérapie et les traitements médicaux.

Si l’activité physique est essentielle, les conditions de pratique varient en fonction de l’état de santé, des traitements et des souhaits et possibilités individuelles. « Définir des repères précis individuels (durée – intensité – fréquence) en cours de traitement reste difficile car ils sont conditionnés par l’état clinique et la survenue possible d’effets indésirables des traitements », remarque Béatrice Boistard. Ils doivent donc être ajustés en fonction de tous ces critères ainsi que du niveau initial d’activité physique. C’est avec l’accord du médecin qu’est mis en place un programme d’activité physique et ou sportif, adapté si nécessaire, encadré par des professionnels de l’activité physique formé en cancérologie.

 

Ainsi, ce que l’on doit retenir en matière d’activité physique et sportive du début de la prise en charge et tout au long du parcours de soins

  • Limiter les périodes de sédentarité
  • Maintenir autant que possible un mode de vie actif
  • Pratiquer une activité physique et sportive régulière, adaptée si nécessaire
  • Se renseigner sur les possibilités offertes dans le cadre de votre prise en charge à l’Institut Curie . Vous pouvez l’évoquer avec votre oncologue.

5 astuces pour augmenter l’activité physique dans son quotidien

Installer une application sur son mobile pour compter les pas
S’équiper d’un podomètre dans un magasin de sport
Emprunter dès que possible les escaliers
Sortir du métro une station avant
Promener davantage son chien

Et après les traitements ?

Les repères de pratique de l’activité physique ou recommandations de l’INCA rejoignent alors ceux définis pour la population générale.

L’objectif est d’adopter ou de maintenir un mode de vie actif, indissociable d’une alimentation variée et équilibrée.

Ainsi, ce que l’on doit retenir en matière d’activité physique et sportive après les traitements (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie)

Les recommandations en activité physique

Schéma activité physique

Pratiquer :

  • 5 jours/7 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée à intense (marche active quotidienne), et,
  • 1 à 2 fois par semaine 45’ de renforcement musculaire - 2 à 3 fois par semaine desexercices d’assouplissement

Un certificat médical de non indication est nécessaire pour la pratique en supervision pendant et après les traitements  ; Une prescription médicale d’activité physique peut également être faite par votre médecin généraliste ou votre oncologue.

Les missions de l’Institut Curie et de ses partenaires :

L’Institut Curie collabore aujourd’hui avec des associations de promotion de l’activité physique adaptée qui mettent en place des programmes efficients, adaptés aux aptitudes physiques du patient. Les associations présentes sont le :

  • Groupe Associatif Siel Bleu www.sielbleu.org
  • La CAMI Sport et Cancer sportetcancer.com
  • l’EPGV 92 codepepgv92.fr

Des séjours, où l’activité physique et ou sportive est intégrée dans l’offre, sont également possibles avec nos partenaires tels que A Chacun son Everest, La Maison de la Vie, A Force d’Envies D’autres possibilités sont accessibles et peuvent être un moyen de reprendre ou de maintenir une activité physique en vous renseignant auprès de la Maison des Patients et des Proches à Saint-Cloud et à l’Espace Rencontre Information sur Paris.

Avec ses partenaires, le rôle de l’Institut Curie est de :

  • Permettre l’expression et le repérage des besoins en activité physique tout au long du parcours de soins
  • Informer, sensibiliser, diffuser les recommandations, Mettre en place une offre d’activité physique et/ou d’activité physique adaptée dans le cadre du plan personnalisé de soins (PPS)
  • s’appuyer et orienter vers les associations identifiées pour le plan personnalisé de l’après cancer (PPAC)

Les associations partenaires :

Liens utiles

Réunions infos-sensibilisation sur l'activité physique et sportive : inscrivez-vous via ce lien

Contacts :

Des séances d’activité physique adaptée sont mises à disposition avec les partenaires de l’Institut Curie pour tous les patients (hospitalisés et ambulatoires). Renseignements et inscription : Béatrice Boistard, cadre soins de support, promotion de l'activité physique activitesphysiques@curie.fr / 01 44 32 40 98 ou 01 56 24 58 97